Podcasts sur l'histoire

USS Juneau (CL-119)

USS Juneau (CL-119)

USS Juneau (CL-119)

USS Juneau (CL-119) était un croiseur léger de classe Atlanta qui est entré en service trop tard pour la Seconde Guerre mondiale, mais a été utilisé pendant la guerre de Corée. Elle a reçu cinq étoiles de bataille pour le service de la guerre de Corée.

Les Juneau a été lancé le 15 juillet 1945 et mis en service le 15 février 1946. Après avoir passé un an à opérer au large de la côte atlantique, il a été affecté à la 6e Flotte en Méditerranée. Sa première tournée dure du 2 mai au 15 novembre 1947 et la voit participer aux opérations à Trieste, alors disputée entre l'Italie et la Yougoslavie, et en Grèce, où les Américains apportent leur soutien contre les guérillas communistes. Une deuxième tournée avec la 6e flotte a duré du 14 juin au 3 octobre 1948 et une troisième du 3 mai au 26 septembre 1949.

Le 18 mars 1949, le Juneau a été reclassé en CLAA-119. En novembre de la même année, il est affecté dans le Pacifique, bien qu'il soit retardé sur la côte ouest des États-Unis et n'atteigne le Japon que le 1er juin 1950. Sa première tâche est de patrouiller dans le détroit de Tsushima, et il est donc immédiatement disponible lorsque la guerre de Corée a commencé le 25 juin 1950.

Son rôle immédiat était de patrouiller la côte au sud du 38e parallèle pour se prémunir contre d'éventuelles attaques amphibies nord-coréennes. Au cours de cette période, il a également mené le premier bombardement côtier de la marine américaine de la guerre, touchant des cibles à Bokuki Ko (29 juin) et le premier engagement naval américain, lorsqu'il a coulé trois torpilleurs près de Chumonchin Chan (2 juillet). Le 18 juillet, il faisait partie d'une flottille alliée qui a bombardé les troupes nord-coréennes près de Yongdok.

Sa première tournée coréenne s'est terminée peu de temps après, et le 2 août, elle a rejoint la 7e flotte à Okinawa. Elle était le vaisseau amiral de la Force Formosa du 4 août au 29 octobre.

Cela a été suivi par son deuxième tour de service au large de la Corée, agissant cette fois dans le cadre de l'écran du porte-avions de la Force opérationnelle des porte-avions rapides opérant au large de la côte est de la Corée. Cette tournée a duré jusqu'en 1951, avant qu'elle ne soit renvoyée aux États-Unis pour un carénage, arrivant à Long Beach le 1er mai 1951.

Après une période d'exploitation sur la côte ouest des États-Unis, le Juneau retourne en Extrême-Orient pour une troisième tournée coréenne. Elle a atteint Yokosuka le 19 avril 1952 et a soutenu les transporteurs de la côte coréenne depuis lors jusqu'en octobre. Elle est revenue alors aux États-Unis une fois de plus, atteignant Long Beach le 5 novembre.

Cela a mis fin à son service de guerre de Corée. Il a été utilisé pour l'entraînement et les opérations au large de la côte ouest jusqu'en avril 1953. Il a ensuite rejoint la flotte de l'Atlantique pour une courte période, avant de repartir le 13 mai pour rejoindre la 6e flotte en Méditerranée. Cela a duré jusqu'en octobre 1953 et a été suivi d'une courte période au large de la côte est des États-Unis. Une dernière tournée avec la 6e flotte a suivi, mais à son retour, il a été placé en réserve (23 mars 1956), puis désarmé (23 juillet 1956). Elle n'est pas restée longtemps dans la réserve et a été radiée en 1959. Elle a été vendue à la ferraille en 1962.

Déplacement (standard)

6 718 t

Déplacement (chargé)

8 340 t

Vitesse de pointe

32,5 nœuds

Varier

8 500 nm à 15 nœuds

Armure – ceinture

3,75 pouces

- cloisons

3,75 pouces

- pont d'armure

1,25 pouces

- des armureries

1,25 pouces

- pont au-dessus des magazines sous-marins

1,25 pouces

Longueur

541ft 6in oa

Armement

Douze canons de 5 pouces/38 (six tourelles à deux canons)
Vingt-huit canons de 40 mm (quatre positions quadruples et six positions jumelées) tels que construits
Vingt canons de 20 mm (tous simples)
Huit tubes lance-torpilles de 21 pouces

Modifié en :
Trente-six canons de 40 mm (six quads et six jumeaux)
Vingt-quatre canons de 20 mm (vingt positions simples et deux positions jumelées) ont ensuite été remplacés par seize canons de 20 mm dans huit montures jumelées
Tubes lance-torpilles retirés

Complément d'équipage

623

Posé

15 septembre 1944

Lancé

15 juillet 1945

Complété

15 février 1946

Vendu à la ferraille

1962


USS Juneau (CL-119) - Histoire

L'USS Juneau, un croiseur léger de 6 000 tonnes, a été construit à Kearny, New Jersey et mis en service en février 1946. Après un service initial dans l'Atlantique, il a effectué trois déploiements en Méditerranée en 1947-49. Juneau a été reclassé en tant que croiseur léger antiaérien en mars 1949 et rebaptisé CLAA-119. À la fin de cette année-là, il est transféré dans le Pacifique et déployé en Extrême-Orient en avril 1950. Avec le déclenchement de la guerre de Corée en juin suivant, le Juneau est devenu le premier navire de guerre américain à engager le combat contre les envahisseurs nord-coréens. Elle a été très active dans les opérations au large de la Corée et dans la région du détroit de Formose jusqu'au printemps 1951 et a effectué une deuxième tournée de la guerre de Corée en 1952.

En avril 1953, Juneau a rejoint la flotte de l'Atlantique, servant en Méditerranée au cours de cette année et de nouveau en 1954-55. Il a été désarmé en juillet 1956 à Philadelphie, en Pennsylvanie, et y est resté jusqu'à ce qu'il soit vendu pour mise au rebut en 1962.

Cette page présente des vues de l'USS Juneau (CL/CLAA-119) prises en 1945-51.

Si vous souhaitez des reproductions à plus haute résolution que les images numériques présentées ici, consultez : "Comment obtenir des reproductions photographiques."

Cliquez sur la petite photo pour afficher une vue plus grande de la même image.

Dans le port, le 3 avril 1946, quelques mois après son achèvement.

Photographie officielle de l'U.S. Navy, provenant des collections du Naval Historical Center.

Image en ligne : 138 Ko 740 x 625 pixels

Photographié en Extrême-Orient, vers 1950-51.


Photographie du Centre Historique Naval.

Image en ligne : 107 Ko 740 x 510 pixels

Reçoit des munitions et du carburant à Sasebo, Japon, le 6 juillet 1950.
Le navire amiral du contre-amiral John M. Higgins, commandant du groupe opérationnel 96.5, le Juneau a activement patrouillé et bombardé le long de la côte est de la Corée du 28 juin au 5 juillet 1950. Il a été le premier croiseur de la marine américaine à participer à des combats pendant la guerre de Corée.
Notez la grue flottante japonaise à côté.

Photographie officielle de la marine américaine, maintenant dans les collections des Archives nationales.

Image en ligne : 124 Ko 740 x 610 pixels

Des reproductions de cette image peuvent également être disponibles via le système de reproduction photographique des Archives nationales.

USS Toledo (CA-133)
et
USS Juneau (CLAA-119)

Amarré à la base d'opérations navales, Yokosuka, Japon, à la suite des opérations de la guerre de Corée. Photographié en juillet-octobre 1950, peut-être fin octobre, juste avant que Toledo ne quitte Yokosuka pour retourner aux États-Unis pour une révision.
Notez les tailles comparatives de ces deux croiseurs.

Photographie officielle de la marine américaine, maintenant dans les collections des Archives nationales.

Image en ligne : 130 Ko 740 x 610 pixels

Des reproductions de cette image peuvent également être disponibles via le système de reproduction photographique des Archives nationales.

En cours avec son équipage sur le pont dans "Whites", 1951.
La photo originale est datée du 1er juillet 1951.

Photographie officielle de l'U.S. Navy, provenant des collections du Naval Historical Center.

Image en ligne : 148 Ko 740 x 615 pixels

Immédiatement après le lancement, le 15 juillet 1945, à la Federal Shipbuilding and Dry Dock Company, Kearny, New Jersey.


Photographie du Centre Historique Naval.

Image en ligne : 101 Ko 740 x 605 pixels

Si vous souhaitez des reproductions à plus haute résolution que les images numériques présentées ici, consultez : "Comment obtenir des reproductions photographiques."


En nous donnant votre e-mail, vous vous inscrivez au Navy Times Daily News Roundup.

L'argent n'a pas été ressorti avant le baptême de l'U.S.S. Juneau (CL-119), qui a été mis en service le 15 février 1946 et a été actif pendant la guerre de Corée, puis mis au rebut en 1962. Encore une fois, l'argent a été sorti pour le baptême de l'U.S.S. Juneau (LPD-10), qui a été mis en service le 12 juillet 1969 et est resté à bord jusqu'à la mise hors service du Juneau en 2008. L'argent a ensuite été stocké à San Diego.

Cependant, avant que l'argent ne soit envoyé à San Diego, il a fait un bref arrêt à Juneau en 1987 sur le Juneau LPD-10 pour le mémorial du Juneau CL-52. Quelques membres de la communauté ont été autorisés à monter sur le Juneau LPD-10 lorsqu'il est entré dans Juneau le 4 juillet. Là, le capitaine Eugene Bailey a montré à l'un des membres, un vétéran de la marine américaine, l'argent, qui était conservé dans le navire en sécurité. Avec la promesse d'une sécurité suffisante, l'argent a été autorisé à être au mémorial du CL-52.

Donna Hurley était au mémorial, qui a eu lieu à l'hôtel Baranof où elle travaillait. Elle a déclaré qu'un autre employé l'avait informée que quatre Marines armés étaient arrivés avec un colis pour la réception.

"C'était le bol à punch qui avait été offert au premier navire 45 ans plus tôt", a déclaré Hurley. "Il n'avait jamais été à Juneau, n'avait jamais été utilisé pour une fête pour son équipage jusqu'à cette nuit-là, lorsque les cinq survivants du naufrage se sont joints au capitaine du troisième navire, pour porter un toast à leurs compagnons perdus. C'était très émouvant, et les Marines sont restés avec le bol tout le temps et l'ont remis dans le coffre-fort du navire."

Des décennies plus tard, après que Hurley ait parlé à son amie de l'argent et ait été inspirée pour le ramener à la maison, elle a envoyé un courrier électronique à la sénatrice Lisa Murkowski pour le localiser. Deux semaines plus tard, Murkowski a répondu avec sa liaison navale, ouvrant une discussion sur l'endroit où se trouvait l'argent et ce qu'il fallait faire pour le ramener à la maison.

La collection du service d'argent ne pouvait pas être démantelée et devait rester dans une installation sécurisée. Le musée de la ville de Juneau-Douglas a exprimé son intérêt, et des dispositions ont été prises et des contrats signés pour que l'argent soit prêté à long terme à Juneau. Les Mendenhall Flying Lions ont couvert les frais d'expédition de l'argent de San Diego à Juneau.

"Nous sommes tous très heureux que ce morceau d'histoire soit rendu à notre État et à notre communauté", a déclaré Hurley.

Jodi DeBruyne, conservatrice des collections et des expositions du City Museum, a déclaré que l'argenterie resterait secrète et qu'aucune photo n'aurait été prise jusqu'à l'exposition d'ouverture le 14 février, célébrant le 74e anniversaire de son baptême de Juneau.

« Au fil des ans, j'ai entendu une histoire sur l'U.S.S. Juneau qui m'a tellement fascinée, sur la collecte de pièces de dix cents, de lait et d'argent pour le déjeuner pour l'ensemble de service en argent U.S.S. Juneau », a déclaré Jane Lindsey, directrice exécutive du City Museum. "J'imagine les familles Juneau pendant la guerre des années 40, une communauté d'environ 5 700 personnes, qui, à bien des égards, ne se sont peut-être pas comprises ou appréciées, mais ont collectivement ressenti la fierté, le patriotisme et la tradition en tant que ville hôte en payant un ensemble en argent pour être placé à bord du navire. Cette capacité de donner et d'unité à une époque de grande incertitude a toujours résonné en moi comme une pierre de touche de cette communauté. "

Copyright 2016 La Presse Associée. Tous les droits sont réservés. Ce matériel ne peut être publié, diffusé, réécrit ou redistribué.


USS Juneau CL-119 (1946-1962)

Demandez un paquet GRATUIT et obtenez les meilleures informations et ressources sur le mésothéliome qui vous sont livrées du jour au lendemain.

Tout le contenu est protégé par le droit d'auteur 2021 | À propos de nous

Publicité d'avocat. Ce site Web est sponsorisé par Seeger Weiss LLP avec des bureaux à New York, New Jersey et Philadelphie. L'adresse principale et le numéro de téléphone de la société sont 55 Challenger Road, Ridgefield Park, New Jersey, (973) 639-9100. Les informations sur ce site Web sont fournies à titre informatif uniquement et ne sont pas destinées à fournir des conseils juridiques ou médicaux spécifiques. N'arrêtez pas de prendre un médicament prescrit sans d'abord consulter votre médecin. L'arrêt d'un médicament prescrit sans l'avis de votre médecin peut entraîner des blessures ou la mort. Les résultats antérieurs de Seeger Weiss LLP ou de ses avocats ne garantissent ni ne prédisent un résultat similaire en ce qui concerne toute question future. Si vous êtes un détenteur légal des droits d'auteur et pensez qu'une page de ce site dépasse les limites de « l'utilisation équitable » et enfreint les droits d'auteur de votre client, nous pouvons être contactés concernant les questions de droit d'auteur à l'adresse [email protected]


Just Found: Un navire de la Seconde Guerre mondiale qui a tué 5 frères lorsqu'il a coulé

Environ deux semaines après avoir trouvé le porte-avions coulé USS Lexington (CV 2), le co-fondateur de Microsoft, Paul Allen, a localisé une autre épave légendaire. Cette fois, selon une sortie, c'est le croiseur anti-aérien de classe Atlanta USS Juneau (CL 52), mieux connu comme le navire sur lequel les cinq frères Sullivan ont servi.

USS Juneau avait été l'un des deux croiseurs anti-aériens (l'autre était l'USS Atlanta (CL 51), le navire de tête de la classe) envoyé pour rejoindre le croiseur léger USS Hélène (CL 50), les croiseurs lourds USS San Francisco (CA 38) et USS Portland (CA 33), et huit destroyers sous le commandement du contre-amiral Daniel Callaghan. Callaghan&# x2019s les ordres étaient d'arrêter une force japonaise qui comprenait les cuirassés rapides Hiei et Kirishima. Dans une furieuse bataille navale, la force de Callaghan a réussi &# x2014 mais à grands frais.

Les Juneau a survécu à la bataille initiale, mais a été gravement endommagé lorsqu'il a été touché par une torpille japonaise de type 93 “Long Lance”. Alors qu'elle rentrait chez elle, une partie de son équipage avait été transférée pour aider les blessés sur l'USS San Francisco — c𠆞st quand le sous-marin japonaisI-26mis à la porte une propagation de trois torpilles. Un coup, là où Juneau avait pris la torpille précédente.

Le croiseur anti-aérien a explosé, s'est brisé en deux et a coulé en 20 secondes. Le capitaine Gilbert C. Hoover a communiqué par radio à un avion l'emplacement, mais a ordonné aux navires de ne pas s'arrêter. Ce faisant, il a laissé plus de 100 survivants. Seuls trois d'entre eux vivraient. Parmi les marins perdus se trouvaient les cinq frères Sullivan. Hoover a été rapidement relevé par le vice-amiral William F. Halsey pour avoir laissé les survivants derrière.

L'USS Juneau&# xA0 repose à un peu plus de deux milles et demi sous la surface de la mer. Un nouvel USS Juneau (CL-119), un Atlanta modifié, servi après la Seconde Guerre mondiale. Un troisième USS Juneau (LPD 10) était un quai de transport amphibie de classe Austin qui a servi jusqu'en 2008 et est toujours en réserve.

Plus de We Are the Mighty :

Plus d'armes et de technologies - WARRIOR MAVEN (CLIQUEZ ICI)
Tout le contenu Scout Warrior a maintenant été déplacé sur www.warriormaven.com

Offre Premium WARRIOR MAVEN&aposs - Gratuit pour l'armée américaine - Offre des questions-réponses avec les chefs militaires américains - PREMIUM CLIQUEZ ICI


Silencieusement. Vite. Au bord de la mer, dans les ténèbres.

Par Nathaniel Patch

Le skipper de l'USS Perche a fait l'éloge des commandos britanniques et admiré leur esprit « can-do ». (80-G-421626)

Comme le sous-marin américain USS Perche fait surface juste au large de la côte est de la Corée du Nord, non loin de la frontière avec la Chine, son équipage et un détachement de commandos de la Royal Marine se sont précipités sur le pont pour ouvrir un grand hangar.

Sous le ciel nocturne du 1er octobre 1950, ils ont commencé à gonfler sept bateaux, six pour les commandos et Perche membres d'équipage et un pour les explosifs brisants et les mines. Dans le même temps, ils ont également lancé un skimmer de 24 pieds, un bateau en contreplaqué avec un moteur hors-bord.

Juste avant 21 heures, le skimmer s'est dirigé vers la zone cible, qui était une travée de voies ferrées, encadrée par deux tunnels qui longeaient la côte nord-est de la Corée du Nord, près de la ville de Shoko-Do (40° 22ʹ N et 128° 49ʹ). Le plan était de poser des mines dans les tunnels et de faire sauter le ponceau sur la partie ouverte de la voie.

En un peu plus d'une heure, le skimmer était à moins de 500 mètres du rivage, deux des petits bateaux ont décollé dans une direction pour servir de guet aux troupes nord-coréennes, et quatre d'entre eux se sont dirigés vers la plage pour mettre les explosifs et les mines. en place. Les hommes qui posaient les explosifs ont rencontré un petit groupe de Nord-Coréens mais les ont chassés.

Les ingénieurs de combat ont d'abord préparé des mines à pression dans les tunnels est et ouest. Ensuite, ils ont récupéré les explosifs puissants restants qui restaient avec l'écumoire et ont commencé à travailler pour les placer dans un ponceau à flanc de montagne. L'explosion qui en résulterait dans le ponceau provoquerait un glissement de terrain, recouvrant les voies ferrées de roches et de débris. Lorsque les Nord-Coréens envoyaient un train de réparation pour dégager les voies, les mines à pression explosaient, bloquant les tunnels et coupant une importante ligne d'approvisionnement nord-coréenne. Alors que les ingénieurs de combat plaçaient les explosifs, de petits groupes de Nord-Coréens ont empiété sur eux. Les patrouilles de sécurité les ont chassés, mais le temps presse.

Vers 00h30, alors que les travaux sur le ponceau s'achèvent, un autre groupe de Nord-Coréens, peut-être un groupe qui avait déjà attaqué auparavant, a tenté de déborder les commandos. Avec toutes les charges fixées, le groupe de raid s'est retiré sur les plages avec l'un des groupes sous le feu. Peu après 1 heure du matin, ils ont fait sauter le ponceau, bloquant les voies ferrées, puis ont quitté la plage. Les six bateaux se sont donné rendez-vous au skimmer.

De retour à bord du Perche, les Royal Marines ont signalé une seule victime, le Marine Peter Raymond Jones. Il avait reçu une balle dans le cou alors que les commandos quittaient la plage. Plus tard dans la journée, Jones a été enterré en mer avec une garde d'honneur complète tirant trois volées. Sur le Perche, le drapeau des Nations Unies a été frappé et mis en berne.

Cette mission était l'œuvre de l'équipage de l'USS Perche et les 41st Independent Royal Marine Commandos britanniques et dans le cadre d'une stratégie visant à repousser l'invasion nord-coréenne de la fin juin 1950 en coupant leurs lignes d'approvisionnement. Ce fut l'un des nombreux raids audacieux contre les chemins de fer nord-coréens menés par la marine américaine avec des forces spéciales d'élite américaines et britanniques.

Un, et un seul, de ces raids a été lancé à partir d'un sous-marin américain, l'USS Perche (ASSP 313), avec ses commandos britanniques invités, dans la nuit du 1er octobre 1950.

La première et dernière mission de raid sous-marin de la perche

Ironiquement, l'USS Perche a été informé peu de temps après le départ des Royal Marines de cette mission qu'il s'agirait de sa première et dernière mission de raid. La découverte de mines le long de la côte orientale de la Corée du Nord a interdit toute future mission de la Perche parce qu'elle n'avait pas d'équipement de détection de mines.

Le rôle des 41st Independent Royal Marine Commandos britanniques en tant que raider sous-marin n'était pas un concept nouveau. Pendant la Seconde Guerre mondiale, des Marines, des soldats et une équipe de démolition sous-marine (UDT) ont été envoyés à terre depuis un sous-marin avec des résultats mitigés.

Dans le Raid Makin en août 1942, une diversion pour les débarquements de Guadalcanal, le 2nd Marine Raider Battalion a été déployé à partir de l'USS Nautile (SS 168) et USS Argonaute (SM 1) et utilisé avec succès pour livrer des troupes armées derrière les lignes ennemies. Mais la mission n'était pas sans difficultés de coordination des troupes et des sous-marins et de communication entre les différentes unités. Bien que le raid ait été un succès, il n'y a pas eu d'autres tentatives d'assauts directs pendant la guerre.

La tentative suivante a amené des éléments de la 7e Armée Scouts à l'île d'Attu dans les îles Aléoutiennes en mai 1943. Le Nautile et USS Narval (SS 167) a débarqué 100 éclaireurs à Scarlet Beach, à plusieurs kilomètres au nord de Massacre Bay, où la principale force de débarquement est arrivée. Cette opération a été reportée à plusieurs reprises en raison des conditions météorologiques et du peu de temps dont les sous-marins disposaient pour rafraîchir leur air pendant les nuits de printemps arctiques. Encore une fois, il s'agissait d'une mission « ponctuelle ».

La dernière mission a eu lieu en août 1944, lorsque l'USS Burrfish (SS 312), lors d'une mission de reconnaissance photo, a déployé un détachement de nageurs UDT pour faire de la reconnaissance de plage sur les îles de Palau et Yap dans les îles Caroline dans le Pacifique occidental. En raison des frappes aériennes simultanées de l'US Army Air Force et de l'US Navy, les Japonais étaient en alerte constante, rendant les équipes de reconnaissance vulnérables à la découverte. Finalement, les trois hommes du détachement UDT ont été découverts et faits prisonniers alors qu'ils arpentaient l'une des plages de l'île de Yap.

Les 41e Commandos royaux indépendants et Perche des membres d'équipage se rassemblent sur le pont du sous-marin alors qu'ils sont au Japon, en route vers la Corée. (80-G-421629)

Les raids sous-marins ont nécessité des changements dans la conception des sous-marins

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le concept d'utiliser un sous-marin pour transporter secrètement des troupes ou des forces d'élite n'a jamais été pleinement concrétisé car il y avait des obstacles techniques à surmonter. Certains de ces obstacles comprenaient des améliorations de l'environnement à bord d'un sous-marin pour accueillir 100 soldats ou plus et un espace de stockage pour tout l'équipement dont ils auraient besoin.

Le désir de la Marine d'utiliser le sous-marin pour déployer des raiders de la Marine, des forces spéciales ou de l'infanterie légère s'est poursuivi pendant la guerre froide. La preuve de concept était là, mais il était maintenant temps d'affiner le processus avec une conception et un équipement améliorés et d'augmenter la sécurité à la fois pour le sous-marin et les troupes au loin.

En février 1948, l'USS Finback (SS 230) et l'USS Groupeur (SS 214) étaient sur une patrouille de guerre simulée au large des côtes de Vieques, Porto Rico. Les Finback déployé des membres de la Troop Reconnaissance Company et d'un UDT pour effectuer une reconnaissance des plages avant le débarquement d'une force majeure. Le rapport de patrouille simulée a fait l'éloge de l'exercice et a fait un certain nombre de suggestions pour améliorer la conception des futurs sous-marins de transport prenant en charge ce type de mission.

La première suggestion, qui portait sur les canots pneumatiques utilisés par les troupes de débarquement, recommandait que les canots soient faciles d'accès et à gonfler et dégonfler. Le rapport conseillait également aux sous-marins de cesser leur pratique de rester à la surface pendant la mission et de ne faire surface que pour lancer des troupes, puis de s'immerger jusqu'à la fin de la mission. Cela minimiserait la détection du sous-marin. Les Finback peut avoir touché une mine d'entraînement pendant l'exercice, envoyant une fusée éclairante, de sorte que le rapport a recommandé que les futurs sous-marins de transport soient équipés d'un équipement de détection de mines.

Entre la fin de la Seconde Guerre mondiale en 1945 et le déclenchement de la guerre de Corée en 1950, l'US Navy a modifié plusieurs sous-marins « de flotte » pour remplir plusieurs missions différentes et très spécifiques, dont un pétrolier de flotte (SSO), un sous-marin de piquetage-RADAR. (SSR), un sous-marin lance-missiles (SSG) et le transport de troupes (SSP). La Marine a également utilisé les innovations pour les sous-marins que les Allemands et les Japonais avaient développées pendant la Seconde Guerre mondiale, telles que le tuba, les batteries de grande capacité et une reconfiguration plus hydrodynamique de la coque.

Tous les sous-marins n'ont pas reçu toutes les modifications, et selon leur mission, certaines modifications ont été préférées à d'autres. Dans le cas du sous-marin de transport, l'USS Perche et l'USS Lion de mer (ASSP 315) n'avait installé que des tubas car les autres modifications, telles que des batteries supplémentaires, prenaient l'espace nécessaire aux troupes supplémentaires. Pour faire plus de place aux troupes, les salles des torpilles avant et arrière et la salle des machines avant ont été supprimées pour l'espace d'accostage. Les sous-marins de transport avaient leur coque extérieure plus profilée, les canons de pont ont été retirés et un hangar étanche de 48 pieds distinctif a été placé à l'arrière de la voile pour stocker de gros équipements tels qu'un tracteur amphibie (LVT), un certain nombre de pneumatiques canots pneumatiques ou un grand hors-bord.

Le transport sous-marin et son équipement n'étaient que la moitié de l'équation. L'autre moitié était le groupe de raid. La Marine a hésité entre l'utilisation d'une unité marine et d'une équipe de démolition sous-marine (UDT). Bien que la compagnie de reconnaissance marine et les UDT aient été considérés comme également aptes au service sous-marin, la Marine a commencé à former l'équipage du Perche avec un détachement de Marines avant le déclenchement de la guerre de Corée.

Action précoce en Corée : retenir l'armée du Nord

L'invasion de la Corée du Sud par la Corée du Nord en juin 1950 a pris le monde par surprise.

Les forces américaines déjà en Extrême-Orient ont dû repousser les Nord-Coréens jusqu'à l'arrivée de renforts. La guerre de Corée a montré aux États-Unis que les futurs conflits seraient régionaux plutôt que mondiaux, mais qu'ils devraient toujours être contestés avec des armes conventionnelles, en utilisant une doctrine de guerre éprouvée, et combattus avec l'aide des alliés de la coalition plutôt que d'utiliser des armes nucléaires.

L'un des principaux avantages des États-Unis et des forces des Nations Unies était le contrôle de la mer. Les Nord-Coréens n'avaient pas de marine capable de s'opposer à la marine américaine, de sorte que les États-Unis et leurs alliés pouvaient déplacer des troupes et des fournitures autour de la péninsule coréenne sans être contestés. La marine américaine a profité de cet avantage pour ravitailler et renforcer le périmètre de Pusan ​​depuis le Japon, effectuer des débarquements amphibies à Inchon et plus tard à Wonsan, et mener des raids le long des côtes des zones contrôlées par la Corée du Nord.

La dépendance des Nord-Coréens à l'égard des chemins de fer pour déplacer les troupes et les fournitures a rendu les lignes ferroviaires vulnérables. Le terrain montagneux de la péninsule coréenne force les voies ferrées vers les côtes, à travers des tunnels et à côté de hautes collines et montagnes.

Comment les alliés pourraient-ils exploiter au mieux ce talon d'Achille ?

L'invasion rapide comme l'éclair du nord a poussé les forces américaines et sud-coréennes vers la partie sud-est de la péninsule autour de la ville de Pusan. Pour attaquer les lignes d'approvisionnement nord-coréennes, les porte-avions américains de la Septième Flotte ont effectué des sorties pour bombarder des routes, des ponts et des voies ferrées, et des croiseurs et des destroyers ont bombardé des couloirs de transport.

Le problème était que les États-Unis n'avaient pas encore développé d'armes de précision comme les missiles de croisière, et les bombes et les obus étaient trop imprécis ou nécessitaient une grande quantité de munitions pour accomplir la mission.

USS Juneau Effectue un raid près de la zone cible

La solution au problème de l'attaque précise et efficace des chemins de fer nord-coréens nichés dans les montagnes côtières est venue du directeur général de l'USS Juneau (CL 119), commandant W. B. Porter. Dans la nuit du 11 juillet 1950, Porter, un expert en démolition, et huit autres membres d'équipage ont attaqué les voies ferrées de la côte est dans la région de Rashin.

Porter et ses hommes transférés à l'USS Mansfield (DD 728), qui les a emmenés à moins de deux milles de la côte de la zone cible. À l'aide d'une baleinière, les 10 hommes, armés de charges, de détonateurs, de carabines, de cartes, de boussoles et de radios talkies-walkies, ont pagayé à terre. Le groupe a placé les charges de démolition dans un tunnel ferroviaire, qui a fait exploser un train après le départ du groupe.

Le succès de ce raid a donné naissance au Groupe d'opérations spéciales (SOG) le 6 août 1950, qui a été chargé de la mission de poursuivre ces raids de démolition contre les lignes ferroviaires nord-coréennes. Le SOG a utilisé la First Marine Reconnaissance Company et Underwater Demolition Team One à partir de navires de surface appelés fast-transports (APD) pour mener des missions similaires. Le 8 août 1950, l'USS Perche arrivés à Yokosuka, au Japon, pour participer à ces opérations spéciales de démolition. A l'arrivée, l'équipage du Perche appris que leur détachement de Marines était réaffecté à leur régiment au périmètre de Pusan. Cela a laissé un sous-marin de transport sans personne à transporter.

La Marine a tenté de trouver un remplaçant approprié pour les Marines qui s'étaient entraînés sur le Perche. Tout d'abord, ils ont affecté un détachement de l'UDT 1. Après une courte période d'entraînement, les deux groupes se sont synchronisés et étaient prêts pour leur première mission contre les Nord-Coréens. Mais l'UDT 1 a été affecté à une autre mission et s'est envolé pour la Corée. Les deux candidats suivants étaient deux sociétés d'activités spéciales de l'armée. Le lieutenant-comd. Robert Quinn, le commandant de la Perche, avait une opinion mitigée d'eux : « Ils nous sont venus recommandés comme de vrais ‘hot shots’. Ils n'étaient pas aussi inspirés ou aussi bien entraînés que les UDT ou les Marines américains, mais à la fin de la semaine, ils étaient assez compétents pour débarquer Perche.”

Mais comme pour l'UDT 1, les deux unités de l'Armée ont été réaffectées à d'autres missions. Fin août, 17 voleurs volontaires britanniques ont été invités à bord pour une journée de démonstration. Ils ont effectué quelques exercices de débarquement et on leur a montré le sous-marin et les bateaux hors-bord. Le 18 septembre, l'unité de 67 hommes du 41st Independent Royal Marine Commandos se présente à bord au Camp McGill, au Japon.

Les commandos britanniques apprennent les manières américaines

Le lieutenant-colonel Douglas Drysdale commandait le 41e Royal British Marines et les dirigea lors de plusieurs raids visant à détruire les voies ferrées et les routes de ravitaillement ennemies. (80-G-428253)

Le 41st Independent Royal Marine Commandos, une unité de la taille d'une brigade britannique de 300 hommes, était un groupe inhabituel, et l'utilisation du terme « Indépendant » dans le nom dénote la hâte avec laquelle l'unité a été formée. La nouvelle unité des Royal Marines était composée de trois groupes : des volontaires et des réservistes au Royaume-Uni, des volontaires des marins et des Marines de la flotte britannique du Pacifique, et des renforts à destination de la Malaisie pour combattre l'insurrection communiste dans l'urgence malaise. Le premier groupe organisé en Angleterre s'est envolé pour le Japon vêtu de vêtements civils pour dissimuler son véritable objectif.

Les commandos de la Marine ont été placés sous le contrôle opérationnel de la marine américaine et ont été affectés à un rapport au Camp McGill, au Japon, pour s'entraîner avec le Perche. Le commandant de la nouvelle unité commando était le lieutenant-colonel Douglas B. Drysdale, un officier chevronné des Royal Marines et un vétéran de la Seconde Guerre mondiale, ayant servi comme commando en Extrême-Orient.

En plus d'une formation sur l'embarquement et le débarquement du Perche, les commandos de la Marine devaient se familiariser avec les armes légères et les équipements américains. Il a été convenu entre les Britanniques et les Américains que les commandos devraient utiliser les mêmes armes que celles utilisées par les Marines américains et l'armée américaine. Les commandos ont également appris à utiliser la radio courte portée standard américaine SCR 536 (un combiné surdimensionné avec une antenne rétractable) et la radio SCR 300 net set. Le lieutenant-commandant Quinn a été impressionné par l'attitude « je peux faire » des commandos et leur adaptation rapide à l'équipement américain et à la vie à bord d'un sous-marin.

Le 41e Commandos et le Perche a effectué plusieurs exercices d'atterrissage amphibie au cours de la période d'entraînement d'une semaine, qui comprenait un raid de démolition simulé à grande échelle.

Les Royal Marines et l'équipage du Perche semblait s'entendre. Les commandos ont souligné la qualité de la nourriture sous-marine, déclarant que "l'un des steaks est la ration de viande d'une semaine en Angleterre". En règle générale, les commandos préparaient en moyenne environ six œufs pour le petit-déjeuner. Alors qu'il était à terre en liberté après l'exercice à grande échelle, l'équipage du Perche ont été nommés membres honoraires de la Chowder, Marching, Singing and Shakespeare Society, célébrant dans les rues autour du Camp McGill jusqu'à 1 h 30, ce qui a inspiré quelques « conversations » au club des officiers.

Avant le début de l'entraînement et avant même l'arrivée des Royal Marines, les détails de la mission de la force de raid sous-marin devaient être déterminés. En juillet 1950, les hauts commandants ont établi plusieurs zones cibles conjointes le long de la côte est de la Corée du Nord où se trouvaient des lignes de chemin de fer vulnérables qui étaient un conduit direct de l'Union soviétique à la Corée du Nord. Pour planifier les raids, le Far East Command a envoyé l'USS Brochet (SS 524) pour photographier les sites potentiels en août. À partir de cette mission de photoreconnaissance, quatre sites cibles ont été priorisés dans le Perche's plan opérationnel.

Perche, Les commandos britanniques frottent une première tentative

Les paramètres de la mission énuméraient quatre cibles que les raiders sous-marins devaient attaquer au cours de leur patrouille. Les Perche consistait d'abord à effectuer une reconnaissance des zones cibles et, en collaboration avec Drysdale, à déterminer les meilleurs moyens de déployer les commandos contre les objectifs souhaités.

Le 25 septembre, le Perche et sa force de raid sous-marin a navigué vers sa zone de patrouille. Dans la nuit du 30 septembre, le Perche arrivé à la première zone cible, et les commandos se sont préparés à faire leur premier raid de démolition.

La veille, Quinn avait reçu une dépêche l'avertissant qu'il pouvait y avoir des mines et qu'il ne devait pas dépasser la courbe des 50 brasses. That meant the submarine had to stay offshore about four miles, or where the depth was about 50 fathoms or deeper, where there was less likelihood of sea mines. In the morning they inspected their target area, a railroad bridge. The smoke of a passing train was seen as a good sign.

Les Perch stationed herself more than four and a half miles off the shore, and just before seven in the evening, the submarine surfaced and the crew began to prepare for that night’s raid. The crew inflated the seven rubber boats, and at 7:30 the Perch lowered her aft end to launch the skimmer from the hangar section.

This was where the problems began.

The skimmer’s outboard motor would not start. The engine apparently got flooded and failed to turn over.

A few months after the raid launched from the USS Perch, the 41st Royal British Marine Commandos plant demolition charges along the railroad track of an important North Korean supply line in a daring raid eight miles below Song-Jin. (80-G-428315)

While the maintenance crew worked on the skimmer, the officers on the bridge observed the landing area. First, an enemy patrol boat transited the landing area. Then lights appeared at either end of the bridge, and then suddenly they went out. Two trucks appeared on the beach of the landing area. Soon after the lights of the trucks went out, a myriad of smaller lights went out across the beach all at the same time. Quinn determined that the North Koreans had picked them up on radar after surfacing and set up a trap.

He called off the raid, and crew and commandos packed everything back up. It was fortuitous that the skimmer’s engine failed that night because the commandos would have landed right in the middle of a well-laid ambush.

After getting the equipment stowed away, Quinn, Drysdale, and their officers began to consider their options for the next target the following night. The new plan included two destroyers, with one going south to create a diversion while the other stayed with the Perch to provide cover fire for the landing force if needed.

On the night of October 1, the Perch chose a second target, a few miles north and east of the previous night’s landing area. At 7:30 p.m., the USS Herbert J. Thomas began a diversionary mission and was ready to attack any patrol craft coming out of Shoko-Do. Les Perch and the USS Maddox proceeded to their position off of the landing area. Les Maddox, which was 4,000 yards to the west of the Perch, was to fire only if the landing got into trouble.

At 7:45 p.m., before surfacing, the Perch spotted a patrol boat through the periscope responding to the diversion created by the Herbert J. Thomas. The diversion appeared to be successful, and the new landing area was clear. The submarine surfaced and got the undersea raiding force off to their one and only demolition raid from the Perch. As the commandos set about their work on shore, Quinn and the crew of the Perch, listening to activity ashore over the radio, felt the tension rise, and those on the bridge of the submarine could see sporadic gun flashes and roving lights. In his description in the patrol report, Quinn remarked on his sense of powerlessness while gaining ever more respect for the Royal Marines.

When the commandos were retrieved at 2:39 a.m. on October 2, the raiders reported that the North Koreans were building pillboxes along the coast in this sector. The raids had had their effect, causing the North Koreans to divert men and material from the front to address the clandestine attacks from the sea. Les Maddox reported hearing an additional explosion after the raiding force left the beach, and it was thought that one of the mines left in the tunnels had gone off.

USS Perch and the Commandos Return for New Assignments

With the cancellation of the attacks on the remaining targets, the destroyers sailed off to complete their sweeping patrol, and the Perch with her Royal Marines returned to Japan for new assignments. The British commandos continued to conduct raids until November 1950, when the weather turned too cold to conduct such raids, and United Nations Forces were pushing the North Koreans up toward the Yalu River. The commandos then played an important role in the tactical retreat at Chosin Reservoir and the evacuation at Hungham when the Chinese joined the fray in force in December 1950.

Lt. Colonel Drysdale and the others of the 41st Independent Royal Marine Commandos who served on the USS Perch were surprised that they had been so quickly recommended for awards. Quinn recommended several of the Royal Marines for medals and letters of commendation. Cyrus Cole, commander of Submarine Division 31, put forth a formal letter requesting that Drysdale and Marine Peter Jones be awarded the Silver Star. Several others received the Bronze Star with Combat “V,” and several more received letters of commendation. The Silver Star, along with the White Ensign that had covered his body, was presented to Marine Peter Jones’s mother.

Several members of the commando unit and crew of the Perch were recommended for awards and commendations. Lt. Commander Quinn was put forward for a Gold Star. Colonel Drysdale of the Royal Marines was awarded a Silver Star. (RG 24, Records of the Bureau of Naval Personnel)

(Page 2) The commando who died in the raid, Marine Peter Jones, was also awarded a Silver Star. Others on the mission received the Bronze Star with Combat "V," and several more received letters of commendation. (RG 24, Records of the Bureau of Naval Personnel)

Les Perch, now without a mission, was recalled to Yokosuka, Japan, where the 41st Commandos and the Perch parted company. She would not be used again in this capacity during wartime until the Vietnam War in 1965. Commander Cole remarked in his endorsement of the Perch’s patrol report that the transport submarine was the “beginning of a new phase in submarine warfare . . . in which a submarine designed for a special purpose other than attack by torpedoes has been put to offensive use.”

Following the demolition raid by undersea raiders from the USS Perch, the Navy had to reevaluate the transport submarine concept and address the problems that occurred during the mission in Korea. The hazards of not having a mine detector on a transport submarine was identified in 1948 as a problem that jeopardized beach reconnaissance missions and clandestine raids. Two years later, the problem had still not been fixed. The experience of the Perch and the undersea raiders in Korea had shown how far out at sea a transport submarine had to go to achieve her mission and to avoid sea mines.

Another issue was enemy radar. On the night of September 30, the Perch had been discovered even though she was four miles out, and the North Koreans were able to quickly lay a trap for the raiders. The proliferation of radar technology since World War II was beginning to undermine the stealth of submarines and hamper surface-launched raiders. Finally, the “Undersea Raiding Force” itself was an issue. Since World War II and again in the Korean War, Adm. A. W. Radford, commander-in-chief of the Pacific Fleet, believed that the raiding force of a transport submarine should be part of the submarine crew. This innovation has never really taken hold, although today there are special units of U.S. Navy SEALs that specialize in submarine operations.

For their effort and being the first submarine to launch an attack against the enemy since World War II, the USS Perch and her crew were awarded the Submarine Combat Insignia. It award was one of only two such awards issued during the Korean War.

Nathaniel Patch is an archivist in the Reference Branch at the National Archives at College Park, Maryland, where he is on the Navy and Marine Corps Reference Team. He has a B.A. in history and an M.A. degree in naval history with an emphasis on submarine warfare.

Remarque sur les sources

The story of the USS Perch and the Royal Marine Commandos in Korea first came to my attention when I was in graduate school working on a paper on amphibious warfare. True to my nature, I was unwilling to settle for the standard story of soldiers or Marines taking an opposed beach from landing craft.

In my research, I was surprised to learn that amphibious raiding had lived on beyond the 2nd Marine Raiders assaulting Makin Island in World War II and found that British commandos were being sent to attack railway lines in Korea from a submarine. The paper only touched the surface, so I wanted to expand it and develop a story to describe one of the few submarine operations during the Korean War.

The National Archives in College Park holds some recently accessioned and processed records relating to the U.S. Navy in the Korean War. One includes the post-1946 submarine patrol reports in Record Group 38, Records of the Chief of Naval Operations. The reports primarily relate to the immediate postwar period and the Korean War.

By coincidence, I discovered that the Finback and the Grouper had conducted a mission in the Caribbean, where a special unit was added. The report also suggested that future transport submarines should have mine-detecting equipment. This deficiency was the one that sent the Perch back to Japan after only one mission two years later.

The war patrols of the USS Perch and the USS Pickerel were also available and provided the context of the mission.

Also in Record Group 38 are the post-1946 war diaries of U.S. naval commands, which primarily cover the Korean War period.

Record Group 313, Records of the Naval Operating Forces, includes a number of recently processed records of Commander, Amphibious Forces, Pacific, and Commander, Submarine Forces, Pacific, that relate to the Korean War. Because the Undersea Raiding Force consisted of the British 41st Independent Royal Marine Commandos, and their report was included in the war patrol of the Perch, I sought added details from the Royal Marines Museum in Portsmouth, England. The Royal Marines Museum also has the White Ensign that had been placed over the body of Marine Peter Jones and later presented to his mother.

I would like to thank Amy Adams, George Malcolmson, and Alison Firth for their assistance in answering questions and making research materials available to my friend, Lawrence Lee, who took time out from a business trip to visit the museum on my behalf. I wanted the commandos to be well represented in this story, and to do so I felt it was necessary to get it from the source.

Although an American submarine and a British commando unit worked together only briefly, the concept of such missions was kept alive even though there is still a need for advances in technology to make the submarine safer in enemy waters and more hospitable to the crew and raiders.


File:USS Juneau (CLAA-119) at anchor in Kagoshima, Japan, on 25 June 1950 (NH 52364).jpg

Cliquez sur une date/heure pour afficher le fichier tel qu'il apparaissait à ce moment-là.

Date/HeureLa vignetteDimensionsUtilisateurCommenter
courant07:31, 17 August 20082,008 × 712 (948 KB) Barbe-Noire (talk | contribs) <> <> |Source=American naval history,, Jack Sweetman, Naval Inst

Vous ne pouvez pas écraser ce fichier.


World War II Database


ww2dbase The first Juneau of the Atlanta-class light cruisers was designated CL-52 in the United States Navy. She was commissioned three months after the United States entered WW2 with Captain Lyman K. Swenson in command. She had an accelerated shakedown cruise along the Atlantic coast due to the demand of the war and sailed for the Caribbean Sea to patrol off Maritinique and Guadeloupe Islands against Vichy French naval forces in the region. After some time in the North Atlantic, she departed from the Caribbean Sea for the Pacific Theater on 22 Aug 1942. She joined Rear Admiral Leigh Noyes' Task Force 18 on 19 Sep 1942. On 15 Sep, carrier Wasp was hit by three torpedoes from the Japanese submarine I-19, and was scuttled by destroyer Lansdowne at 2100 that evening Juneau and destroyers rescued the survivors and delivered them to Espiritu Santo, New Hebrides, on 16 Sep. On 17 Sep, she joined Task Force 17 and sailed for Guadalcanal. On 26 Oct, she participated in the Battle of Santa Cruz Islands, where she was a part of the anti-aircraft screen that together downed about 20 Japanese aircraft during the battle however, the screen was not able to save carrier Hornet, which was badly damaged and sank the next day. Because of the loss of Hornet, Juneau was transferred to the Enterprise group to provide additional anti-aircraft capability just in time for the next round of Japanese air attacks before the battle waned several hours later. On 8 Nov, she sailed from Nouméa, New Caledonia as a unit of Task Force 67 under the command of Rear Admiral Richmond K. Turner to escort transports to Guadalcanal. During the day of 12 Nov, the convoy was attacked by Japanese torpedo bombers, and Juneau, once again as anti-aircraft ship, downed six. That evening, the convoy was engaged in what was later named the First Naval Battle of Guadalcanal. Cruisers Helena, Portland, and Juneau sailed in a close line into the battle one of the torpedoes of a spread that aimed at the group of three ships struck Juneau on the port side, disabling her almost at the onset of the battle, rendering her useless. On the next day, she sailed for Espiritu Santo for repairs, but was intercepted by Japanese submarine I-26 and was hit by two torpedoes. She exploded, broke in two, and sank. Helena and San Francisco, both damaged from the previous night's battle, continued on without turning back to rescue Juneau's survivors. More than 100 survivors floated on the open waves, waiting for rescue that would not arrive for another eight days by then, only 10 remain. Captain Swenson also died while waiting for the rescuers.

ww2dbase The second Juneau of the Altanta-class was launched during the war (15 Jul 1945) but WW2 ended before she was completed and commissioned she was designated CL-119 in the US Navy.

ww2dbase Source: Wikipedia.

Last Major Revision: Jun 2007

Light Cruiser Juneau (CL-52) Interactive Map

Juneau Operational Timeline

27 May 1940 The keel of light cruiser Juneau was laid down by Federal Shipbuilding and Drydock Company in Kearny, New Jersey, United States.
25 Oct 1941 Juneau was launched at the Federal Shipbuilding and Drydock Company yard in Kearny, New Jersey, United States, sponsored by wife of Mayor Harry Lucas of Juneau, US Territory of Alaska.
14 Feb 1942 USS Juneau was commissioned into service with Captain Lyman K. Swenson in command.
20 Feb 1942 Chiaki Matsuda was made the commanding officer of old battleship Hyuga.
22 Aug 1942 USS Juneau set sail from the Caribbean Sea for the Pacific Theater of War.
16 Sep 1942 USS Juneau arrived at Espiritu Santo, New Hebrides and disembarked survivors of USS Wasp.
17 Sep 1942 USS Juneau was assigned to Task Force 17 and departed from Espiritu Santo, New Hebrides for Guadalcanal, Solomon Islands.
19 Sep 1942 USS Juneau was assigned to Task Force 18.
5 Oct 1942 Task Force 17 (USS Hornet, Northampton, Pensacola, Juneau, San Diego, 3 destroyers) struck Japanese installations around the southern end of Bougainville in the Solomon Islands (Buin-Faisi-Tonolai Raid).
26 Oct 1942 USS Juneau served as a part of the anti-aircraft screen during the Battle of Santa Cruz Islands.
8 Nov 1942 USS Juneau departed Nouméa, New Caledonia.
12 Nov 1942 During the day, USS Juneau downed six Japanese aircraft while protecting Task Force 67. After sundown, during the First Naval Battle of Guadalcanal, she was struck by a torpedo on the port side, rendering her useless.
13 Nov 1942 USS Jueanu, while sailing for Espiritu Santo, New Hebrides for repairs sustained during the previous night, was intercepted by I-26, which fired two torpedoes. One struck on the port side, sinking the light cruiser very quickly. 687 lives would eventually be lost only 10 survived.
17 Mar 2018 In the Solomon Islands, the crew of Research Vessel Petrel made sonar contact with what would later be identified as the wreck of USS Juneau.
18 Mar 2018 In the Solomon Islands, the crew of Research Vessel Petrel identified the wreck that they had found on the previous day was that of USS Juneau.

Did you enjoy this article or find this article helpful? If so, please consider supporting us on Patreon. Even $1 per month will go a long way! Merci.

Share this article with your friends:

Visitor Submitted Comments

1. Tim Gardner says:
17 May 2010 08:41:26 AM

My grandfather was one of the 10 survivors, Henry Gardner. If he did not survive my dad would have never been born, nor I.

2. Chris Cooper says:
11 Nov 2010 09:02:36 AM

My great uncle parished on the USS Juneau. His name was James Edward Mallett. He was just 18 yrs old.

3. Ruth Gardner Uhlman says:
13 Nov 2010 09:49:00 AM

My Dad was one of the survivors ( Henry J. Gardner). he spoke of how he survived in the shark infested waters and saw many die. He also had written a short account of his story for the Navy. Although he may not have been "top-notch" in rank, he will ALWAYS be a man I will respect, honor and love. He passed away in 1984. RIP Dad.

4. Jeremy Pitchford says:
1 Dec 2010 11:45:52 AM

My uncle James Edward Mallett, whom I never got to meet. Died on The USS Juneau.
My mother Janet Pitchford still talks about him.

5. Helen Ross says:
25 Oct 2015 08:19:14 PM

My husband's brother died on the USS Juneau CL-52 He was
21 years old. I wonder if they will ever find any debre of the
ship-they did go to the bottom and take pics of the Atlanta--
there has to be some wreckage-quite a bit on the Atlanta even
tho' one person said it was burning from one end to the other
and they blew it up after taking survivors off.

6. Kadrick Powell says:
11 Jan 2018 05:32:08 PM

I have been working on a Silent Hero project for my ww2 seminar and have researched a man named Clarence Daniel Powell who was a 25 year old coxswain aboard the ship, presumed MIA. Is truly a tragic story may all 673 men aboard rest in peace

7. Carolyn says:
21 Mar 2018 09:21:18 AM

My Great Uncle Jimmy was on died on the Juneau. I never met him either but my father talked about hi all the time.

8. Stephen Voorhees says:
23 Mar 2018 08:04:43 AM

Juneau has been found by Paul Allen's people on the R/V Petrel.

9. Patricia Russell says:
13 Apr 2018 06:13:09 AM

I understand that my distant cousin John Walker Page, Jr. son of John Walker Page, Sr. from White Sulphur Springs, W. VA was listed as missing January 26th 1942 or 1943 on the navy department casualty list. Mrs. Imelda Hughes Smith of Charleston was noted as a cousin. If anyone has more information on John please email me. Merci. I am doing an extensive Ancestory study on my relatives.

10. Danny Camden says:
13 Mar 2021 06:05:12 AM

My grandfather's older brother (Elmer J. Travis, Sea 2nd class), from Liberty NY, went down on the Juneau. Wish I could find a pic of him. RIP, thank you for your sacrifice! (. and all the others!)

11. Anne Marie says:
31 May 2021 06:45:18 AM

Danny Camden looking for pictures of Elmer J Travis, Liberty,NY.

All visitor submitted comments are opinions of those making the submissions and do not reflect views of WW2DB.


Sunken USS Juneau Famous for the Sullivan Brothers Discovered on St. Patrick’s Day

Wreckage from the USS Juneau (CL-52) was discovered on March 17, 2018, by the expedition crew of Research Vessel (R/V) Petrel. Les Juneau was sunk by a Japanese torpedo during the Battle of Guadalcanal, ultimately killing 687 men including all five of the Sullivan brothers. The Atlanta-class light cruiser was found 4,200 meters (about 2.6 miles) below the surface, resting on the floor of the South Pacific off the coast of the Solomon Islands.

“We certainly didn’t plan to find the Juneau on St. Patrick’s Day. The variables of these searches are just too great,” said Robert Kraft, director of subsea operations for Paul Allen. “But finding the USS Juneau on Saint Patrick’s Day is an unexpected coincidence to the Sullivan brothers and all the service members who were lost 76 years ago.”

The R/V Petrel’s autonomous underwater vehicle (AUV) first identified the ship in its side scan sonar on March 17. Upon analysis of the sonar data, the Petrel crew deployed its remotely operated underwater vehicle (ROV) on March 18 to verify the wreckage through its video capabilities.

The USS Juneau In New York Harbor, 11 February 1942. Courtesy the U.S. National Archives.

The prop of the USS Juneau resting on the seafloor.

“As the fifth commanding officer of USS The Sullivans (DDG 68), a ship named after five brothers, I am excited to hear that Allen and his team were able to locate the light cruiser USS Juneau (CL 52) that sunk during the Battle of Guadalcanal,” said Vice Adm. Rich Brown, commander, Naval Surface Forces. “The story of the USS Juneau crew and Sullivan brothers epitomize the service and sacrifice of our nation’s greatest generation.”

The USS Juneau had a short service history only being commissioned just under a year prior to it sinking.

During its fateful battle on November 13, 1942, a second torpedo hit on its port side creating a significant explosion that cut the ship in half and killed most of the men onboard, including all five Sullivan brothers. Because the Juneau sank in 30 seconds and due to the risk of further Japanese attacks, the American task force did not stay to check for survivors. Although approximately 115 of Juneau‘s crew reportedly survived the explosion, including possibly as many as two of the five Sullivan brothers, naval forces did not undertake rescue effort for several days and only 10 men were rescued from the water eight days after the sinking.

The Sullivan family of Waterloo, Iowa lost their sons George, Francis “Frank,” Joseph, Madison “Matt” and Albert despite the naval policy that prevented siblings from serving in the same units. The brothers refused to serve unless assigned to the same ship and the policy was ignored. According to naval historians, the brothers’ deaths became a rallying cry for the allied forces.

The Sullivan brothers on board the USS Juneau, 14 February 1942 From left to right: Joseph, Francis, Albert, Madison and George Sullivan Courtesy U.S. Naval History and Heritage Command.

“I had the opportunity to visit The Sullivans earlier this month and I can tell you the fighting spirit of the Sullivan brothers – George, Frank, Joe, Matt and Al – lives on through the fantastic crew that mans the ship today. The crew embodies the ship’s motto, ‘We Stick Together’ each day. My time on The Sullivans and the relationship I formed with the ship’s sponsor, Kelly, the granddaughter of Albert, are some of my most cherished memories,” said Brown.

Allen-led expeditions have also resulted in the discovery of the USS Lexington (March 2018), USS Indianapolis (August 2017), USS Ward (November 2017), USS Astoria (February 2015), Japanese battleship Musashi (March 2015) and the Italian WWII destroyer Artigliere (March 2017). His team was also responsible for retrieving the ship’s bell from the HMS Hood for presentation to the British Navy in honor of its heroic service.

Allen’s expedition team was permanently transferred to the newly acquired and retrofitted R/V Petrel in 2016 with a specific mission around research, exploration and survey of historic warships and other important artifacts. The 250-foot R/V Petrel is fitted with state-of-the-art subsea equipment capable of diving to 6,000 meters (or three and a half miles).


ジュノー (CL-52)

ジュノー ( USS Juneau, CL-52 ) は、アメリカ海軍の巡洋艦 [1] 。 アトランタ級軽巡洋艦の2番艦 [2] 。 艦名は当時準州の扱いであったアラスカ州の都市ジュノーに因む。1942年(昭和17年)2月に就役。訓練や哨戒活動を経て、同年9月よりガダルカナル島攻防戦に参加、10月下旬の南太平洋海戦では空母ホーネットを護衛する。11月12日深夜から13日未明の第三次ソロモン海戦(第一夜戦)で損傷し、戦場離脱中に伊26の魚雷攻撃により轟沈した [3] 。生存者は10名にすぎず、戦死者の中にはサリヴァン兄弟も含まれていた [4] 。

基本情報
艦歴
起工 1940年5月27日
進水 1941年10月25日
就役 1942年2月14日
その後 1942年11月13日に戦没
要目
排水量 6,000 トン
全長 541 ft 6 in (165.05 m)
最大幅 52 ft 2 in
吃水 16 ft 4 in
最大速力 32 ノット
乗員 士官、兵員623名
兵装 127mmMk12連装両用砲8基:16門
40mm砲:10門
20 mm 機銃:8門
533mm四連装魚雷発射管2基:8門
爆雷投射機:6
爆雷投下軌条:2
テンプレートを表示

アトランタ級軽巡の1938年度計画艦のうち、1番艦(アトランタ)と2番艦(ジュノー)はニュージャージー州カーニーのフェデラル・シップビルディング・アンド・ドライドック社で建造された。ジュノーは1940年(昭和15年)5月27日に起工 [1] 。1941年(昭和16年)10月25日に進水し [5] 、アラスカ州ジュノーの市長夫人、ハリー・I・ルーカスによって命名される。艦長 ライマン・K・スウェンドン (英語版) 大佐の指揮下、1942年(昭和17年)2月14日に就役した [5] 。慣熟航海後、5月はじめからフランス・ヴィシー政権の海軍艦隊の逃走阻止のためカリブ海マルティニーク、グアドループ沖で海上封鎖に当たった。7月1日から8月12日までは北大西洋とカリブ海で哨戒や護衛任務に従事していたが、8月22日、太平洋へ向けて出発した。

太平洋戦線 編集

トンガおよびニューカレドニアに短期間滞在したあと、9月10日に空母ワスプ ( USS Wasp, CV-7 ) を中心とする第18任務部隊(指揮官 レイ・ノイズ (英語版) 少将)と合流した。第18任務部隊はガダルカナル島のヘンダーソン飛行場基地に戦闘機を輸送する任務についた [6] 。 9月14日、空母ホーネット ( USS Hornet, CV-8 ) を含む 第17任務部隊 (英語版) (指揮官ジョージ・D・マレー少将)と合流する [6] 。ガダルカナル島にむかうアメリカ軍輸送船団の間接護衛任務に従事するが [7] [8] 、アメリカ軍機動部隊が展開するサンタクルーズ諸島とサン・クリストバル島の海域には日本軍潜水艦多数が配置されていた [9] 。連合軍側は、この海域を「魚雷交差点(トピード・ジャンクション)」と呼んでいた [10] 。 このような状況下、ヘンダーソン飛行場基地に対して日本陸軍の川口清健陸軍少将が指揮する川口支隊が総攻撃を敢行しようとしており [11] [12] (Battle of Edson's Ridge) [13] 、日本陸軍支援のため第二艦隊(近藤部隊)と第三艦隊(南雲機動部隊)がソロモン諸島北方に進出してきたのである。

9月15日14時50分ごろ [8] 、第18任務部隊の旗艦ワスプ ( USS Wasp, CV-7 ) と、第17任務部隊でホーネットを護衛していた戦艦ノースカロライナ ( USS North Carolina, BB-55 ) と駆逐艦オブライエン ( USS O'Brien, DD-415 ) に、伊19(潜水艦長木梨鷹一少佐)の発射した魚雷が命中した [14] [15] [16] 。 酸素魚雷複数が命中したワスプは大火災となり [17] 、手のつけようがなくなる [18] [19] 。ノーマン・スコット少将が旗艦サンフランシスコより臨時に指揮をとる [20] 。僚艦ソルトレイクシティで曳航を試みたが果たせず、ワスプは駆逐艦 ランズダウン (英語版) ( USS Lansdowne, DD-486 ) の魚雷で処分された [21] 。軽巡ヘレナ ( USS Helena, CL-50 ) および随伴駆逐艦は約1,900名のワスプ生存者を救助した [20] 。 残存部隊 [注釈 1] に戦艦ワシントン部隊(第12任務部隊第2群)が合流し、9月23日には別働隊(ソルトレイクシティ、ヘレナ、アトランタ、駆逐艦3隻)も合流した [注釈 2] 。 ジュノーなど一部の艦艇はニューヘブリディーズ諸島のエスピリトゥサント島にワスプ生存者を送り届けたあと、第17任務部隊に再合流して船団護衛任務に戻った。

なお『戦史叢書62 中部太平洋方面海軍作戦(2)』など一部二次資料で、重巡ポートランド ( USS Portland, CA-33 ) と軽巡ジュノーがタラワを艦砲射撃したり、付近の艦艇を攻撃したという記述がある [23] [注釈 3] 。

南太平洋海戦 編集

10月26日に行われた南太平洋海戦 [24] (連合軍呼称:サンタ・クルーズ諸島海戦)は [25] 、ジュノーが経験する最初の大規模な戦闘となった。この海戦の直前、南太平洋部隊司令官はゴームレー中将からウィリアム・ハルゼー中将に交代し [26] [27] 、ハルゼーは「攻撃せよ、繰り返し攻撃せよ!」と命じた [28] 。 10月24日、第16任務部隊(空母エンタープライズ、新鋭戦艦サウスダコタ [29] 、重巡ポートランド、軽巡サンフアン、随伴駆逐艦)が最前線に進出してきた [30] 。第17任務部隊(ホーネット基幹、マレー少将)と、第16任務部隊により、 第61任務部隊 (英語版) (トーマス・C・キンケイド少将)が再編成される [31] 。第61任務部隊はサンタクルーズ諸島の北方に、第64任務部隊(ウィリス・A・リー少将、戦艦ワシントン部隊)はレンネル島方面に配置される [32] 。日本陸軍第17軍のガ島第二次総攻撃を支援するためソロモン諸島北方海域で行動中の日本艦隊支援部隊 [33] (第二艦隊、第三艦隊)に備えた [34] 。

10月26日朝、第61任務部隊から発進したSBDドーントレス(索敵爆撃隊)は、第一航空戦隊(翔鶴、瑞鶴、瑞鳳)を基幹とする南雲機動部隊を発見し [注釈 4] 、米軍攻撃隊の一連の攻撃で、空母2隻(翔鶴、瑞鳳)、重巡筑摩と駆逐艦照月が損傷した [36] [注釈 5] 。 しかし、アメリカ軍攻撃隊と入れ違いに翔鶴飛行隊長村田重治少佐が指揮する一航戦第一次攻撃隊が第61任務部隊上空に出現した [37] 。空母エンタープライズ ( USS Enterprise, CV-6 ) 以下第16任務部隊はスコールに隠れたので [38] 、一航戦第一次攻撃隊は晴天下の第17任務部隊(空母ホーネット、重巡ノーザンプトン、重巡ペンサコーラ、軽巡ジュノー、軽巡サンディエゴ、随伴駆逐艦)を攻撃する [30] 。 直衛のF4Fワイルドキャット戦闘機と各艦の対空砲火で村田少佐機を含む多数を撃墜したが、魚雷と爆弾の命中でホーネットが大破した [39] [40] 。一航戦第二次攻撃隊は第16任務部隊を攻撃し、エンタープライズを撃破した [41] 。キンケイド提督は航行不能になったホーネットに僅かな直衛艦をつけると、全艦艇を避難させる [42] 。ジュノーは第16任務部隊(エンタープライズ)に助太刀として向かった。ジュノーは第16任務部隊に対する4度の攻撃に応戦し、サウスダコタ ( USS South Dakota, BB-57 ) に至っては本海戦で26機撃墜を主張した [43] [注釈 6] 。一方、第17任務部隊ではマレー少将がホーネットからペンサコーラに移乗し、ノーザンプトン ( USS Northampton, CA-26 ) でホーネットの曳航を試みた [45] 。だが一航戦第三次攻撃隊や、第二航空戦隊(司令官角田覚治少将)空母隼鷹攻撃隊の反覆攻撃で、ホーネットは完全に打ちのめされた [45] 。ホーネット生存者を収容した各艦は東南方向に避退し [46] 、ホーネット処分のために僅かな数の駆逐艦が残留した [24] 。だが追撃してきた第二艦隊司令長官近藤信竹中将指揮下の水上艦部隊においつかれ、最終的にホーネットは日本側の駆逐艦秋雲と巻雲によって処分された [45] 。

第三次ソロモン海戦 編集

11月初旬、戦艦ワシントン ( USS Washington,BB-56 ) 航海長のウィリアム・ホビー中佐 [47] がジュノー副長を命じられ、本艦に転勤してきた [44] 。 11月8日、ダニエル・J・キャラハン少将が指揮する第67任務部隊第4群は、ガダルカナル島への連合軍増援部隊輸送船団を護衛してニューカレドニアのヌーメアを出撃した [48] 。スコット少将(旗艦アトランタ) [49] の別働隊も、飛行場要員を載せた輸送船3隻を護衛して出撃した [48] [注釈 7] 。 11月12日朝、連合軍増援部隊(護衛艦艇、輸送船団)はガダルカナル島北岸の揚陸地点に到着する [53] 。ジュノーは揚陸作業中の輸送艦と貨物船の護衛につき、午後2時過ぎにラバウル航空隊の零戦と一式陸上攻撃機が空襲を仕掛けてくるまで、作業は一切邪魔されなかった [54] 。ジュノーは対空砲火で6機を撃墜し、残存機も1機を除いて味方戦闘機隊の攻撃から逃れることは出来なかった。陸攻の体当たりで旗艦サンフランシスコが小破し [55] 、誤射で駆逐艦 ブキャナン (英語版) ( USS Buchanan,DD-484 ) が損傷したが [56] 、輸送船団に特筆すべき被害はなかった [54] 。任務部隊は「有力な日本艦隊がガダルカナル島に向かいつつあり」という情報を受信しており、リッチモンド・K・ターナー少将は苦しい決断を迫られる [57] 。ターナー提督は輸送船団を退避させると共に、キャラハン少将とスコット少将の巡洋艦戦隊を、飛行場砲撃をめざす金剛型戦艦に立ち向かわせた [58] [注釈 8] 。日本軍は挺身艦隊の艦砲射撃で飛行場の機能を麻痺させ、この隙に第38師団を安全にガ島へ輸送・揚陸させるつもりだった [60] 。

海戦は、悪天候と誤解および錯綜する情報による混乱が重なった [65] 。駆逐艦夕立と春雨が第67.4任務部隊の鼻先を横切ったことをきっかけに任務部隊の単縦陣が乱れる [66] 。真っ暗闇の海上で [4] 、至近距離での撃ち合いがはじまった [58] [67] 。 あるアメリカ側将校は「停電した後の酒場の大騒ぎ」と表現している [68] 。ジュノーは海戦で日本艦隊が発砲する瞬間をとらえて攻撃し、駆逐艦夕立 [69] と思われる艦艇を炎上させた [注釈 11] 。 しかしジュノーの発砲する瞬間も、日本艦隊のよい目標となっていた。やがて、ジュノーの左舷機関室に駆逐艦天津風 [69] あるいは夕立 [72] からのものと思われる魚雷が1本命中し、本艦は一時航行不能に陥った [注釈 12] 。海戦終了後、ジュノーは艦首を約4メートル沈めつつ [73] 、速力13ノットしかだせなくなった [74] 。大破した重巡洋艦サンフランシスコ ( USS San Francisco, CA-38 ) 、軽傷の軽巡洋艦へレナ ( USS Helena, CL-50 ) および無傷の駆逐艦3隻(オバノン、ステレット、フレッチャー)と合流し、エスピリトゥサント島に向けて退却を始める [75] 。サンフランシスコでは、艦橋への直撃弾でキャラハン少将とヤング艦長など高級幹部がほとんど戦死していた [76] 。そこでヘレナ艦長 ギルバート・C・フーバー (英語版) 大佐が戦場を離脱する艦艇を率いることになった [74] 。サンフランシスコはジュノーの右舷艦尾から730メートル離れたところを航行し、艦隊は13ノットの速力でインディスペンサブル海峡を通過しつつあった。

ところが午前11時過ぎ(日本時間午前9時頃) 南緯10度27分 東経161度05分  /  南緯10.450度 東経161.083度  / -10.450 161.083 地点にて [77] 、この海域で哨戒していた伊26がヘレナ艦長指揮下の米軍巡洋艦部隊を発見する [75] 。伊26はアメリカ艦隊の左舷側から接近した [78] [注釈 13] 。 駆逐艦が巡洋艦3隻(ヘレナ、サンフランシスコ、ジュノー)の前方に進出して横列に並び、ヘレナ - サンフランシスコが縦列で航行、ジュノーはサンフランシスコの右舷側を航行していた [78] 。伊26は哨戒中に艦首発射管のうち3門が事故で使用不能となっていたので [80] 、残る3門から魚雷を3本発射する [81] 。目標はサンフランシスコだったが [注釈 13] 、全て命中しなかったほか [82] 、外れた1本がヘレナに向かったがそれも命中しなかった。しかし、同じく外れた魚雷1本がジュノーの左舷中央部に命中し、おそらく魚雷が誘爆した [83] 。ジュノーは大爆発を起こし、砲塔と上部構造物が吹き飛んだ [84] 。やがて船体が2つに折れ、20秒で轟沈する。爆発の爆風はすさまじく、サンフランシスコの甲板にいた者が衝撃波で投げ出されたほどだった [83] 。伊26潜水艦長横田稔(当時、海軍中佐)は「もう二、三秒落ち着いて発射号令をかけていれば、2隻とも仕留めることができたのに」と回想している [82] 。

ジュノーの大爆発を目撃した各艦では、大多数の者が「ジュノーの生存者はいない」という印象をもったという [83] 。ヘレナ艦長は更なる攻撃を恐れ、ジュノー生存者の捜索をおこなわずに指揮下艦艇を離脱させた [83] 。ところがジュノーが爆沈したとき、約120名が生き延びていた [83] 。彼等は連結した筏につかまって救助を待ったが、8日間の漂流中に大多数が死亡した [83] 。 [4] [75] 以下乗員90名がサメの攻撃などで落命した。生存者は10名にすぎなかった [83] 。

[85] 3名は漂流したものの間もなく水中に消えていった。ジョージ・サリヴァンは救命[85] (英語版) など同様の事例があり、アメリカ軍では、親類を分散配置する方針が徹底した(ソウル・サバイバー・ポリシー)。またサリヴァン兄弟戦うサリヴァン兄弟 (英語版) 』として映画化されたほか、映画「プライベート・ライアン」(スティーヴン・スピルバーグ監督)のプロットに影響を与えている。また、10名の生存者のうちの1人だったオーレル・セシルはカリフォルニア州 ポウェイ (英語版) に住んでおり、2008年10月30日にサンディエゴで行われたドック型揚陸艦ジュノー ( USS Juneau, LPD-10 )