Podcasts sur l'histoire

17 février 2021 Jour 30 de la première année de la présidence Biden - Histoire

17 février 2021 Jour 30 de la première année de la présidence Biden - Histoire

18 février 2021 Jour 31

Le président Joe Biden regarde le rover Perseverance de la NASA atterrir sur Mars le jeudi 18 février 2021, dans le bureau ovale extérieur de la Maison Blanche.

La vice-présidente Kamala Harris rend visite à son mari, Second Gentleman Doug Emhoff, le mercredi 28 janvier 2021, dans le Second Gentleman’s Office du bâtiment Eisenhower Executive Office de la Maison Blanche.

9h45 LE PRESIDENT et LE VICE-PRESIDENT reçoivent le President’s Daily Brief
bureau ovale
Presse fermée

10h30 LE PRESIDENT et LE VICE-PRESIDENT reçoivent un briefing COVID-19
bureau ovale
Presse fermée


La première année de la présidence Biden

Je n'y vois rien de mal. Vous savez qu'il a eu un bégaiement à vie, n'est-ce pas ?

Ce type n'a pas cette explication :

Dû à la joie

Catulle V

Membre connu

Dû à la joie

Le point à propos du Kremlin Cruz est qu'il est un connard crédule, qui ne fait que répéter la propagande de Poutine et sa propre opinion. Il existe des moyens positifs de plaider pour un meilleur soutien aux militaires.

Et il y a cette approbation positive de 2016 du Memorial Day en tant que week-end de pensées et de prières pour les militaires par l'ancien gars.

O'Sullivan Bere

Une proclamation : Prière pour la paix, Memorial Day, 2021 | La maison Blanche

Le Memorial Day est lundi, ce qui n'est pas encore arrivé. L'ouverture du week-end est essentiellement l'équivalent américain d'un jour férié et l'une des plus populaires comme l'ouverture de la saison des vacances d'été où tout le monde fait la fête en famille et entre amis et dans les stations balnéaires.

La saison se termine avec le "jour férié" de la fête du Travail au début du mois de septembre, et vous n'entendrez jamais ces connards célébrer les syndicats et les travailleurs qu'ils prétendent représenter tout en les baisant.

Elle a également publié un tweet de suivi pour obliger les trolls, ce qu'elle n'aurait pas dû faire sans établir un lien avec la déclaration de sortie officielle et les gifler pour leur abus bidon égoïste du Memorial Day et des troupes, en particulier les sacs de merde qui n'ont jamais servi et a permis et fourni de l'ombre à leurs propres «anciens combattants» qui ont tenté un putsch le 6 janvier.

O'Sullivan Bere

Sur la fausse "innocence" de l'obstruction systématique.

À l'époque où l'éducation civique était prise au sérieux au point d'enseigner aux enfants pendant les segments de dessins animés télévisés du week-end, cet adorable et populaire dessin animé éducatif des années 1970 est devenu célèbre.
Notez que l'obstruction n'y figure pas.

En observant à quel point les choses se sont dégradées, à quel point le regretté Sanda Day O'Connor avait raison.
_____
La juge à la retraite Sandra Day O'Connor, la première femme à siéger à la Cour suprême des États-Unis après 191 ans, se bat pour renverser ce qu'elle dit être un déclin alarmant de la connaissance de la démocratie aux États-Unis et a annoncé mercredi une initiative pour éduquer les enfants à travers le pays.
. . .
"De nombreux États à travers le pays n'enseignent plus ou n'exigent plus d'éducation civique pour les jeunes", a déclaré O'Connor, 82 ans. "Quand j'allais à l'école. . . nous avons eu des cours d'éducation civique presque chaque année, et en fait, j'en ai presque eu marre."
. . .
« Je ne peux pas le croire. . .Les deux tiers des Américains peuvent nommer un juge sur « American Idol » et seulement 15 % peuvent nommer le juge en chef des États-Unis. . . . Le savoir civique ne peut pas être transmis par le pool génétique. Il faut l'apprendre. . .cela met notre pays en danger[.]”
_____

Dû à la joie

À l'époque où l'éducation civique était prise au sérieux au point d'enseigner aux enfants pendant les segments de dessins animés télévisés du week-end, cet adorable et populaire dessin animé éducatif des années 1970 est devenu célèbre.
Remarquez que l'obstruction n'y figure même pas.

Observant à quel point les choses se sont dégradées, à quel point le regretté Sanda Day O'Connor avait raison.
_____
La juge à la retraite Sandra Day O'Connor, la première femme à siéger à la Cour suprême des États-Unis après 191 ans, se bat pour renverser ce qu'elle dit être un déclin alarmant de la connaissance de la démocratie aux États-Unis et a annoncé mercredi une initiative pour éduquer les enfants à travers le pays.
. . .
"De nombreux États à travers le pays n'enseignent plus ou n'exigent plus d'éducation civique pour les jeunes", a déclaré O'Connor, 82 ans. "Quand j'allais à l'école. . . nous avons eu des cours d'éducation civique presque chaque année, et en fait, j'en ai presque eu marre."

. . .
« Je ne peux pas le croire. . .Les deux tiers des Américains peuvent nommer un juge sur « American Idol » et seulement 15 % peuvent nommer le juge en chef des États-Unis. . . . Le savoir civique ne peut pas être transmis par le pool génétique. Il faut l'apprendre. . .cela met notre pays en danger[.]”
_____

Cela me rappelle la prophétie de l'astronome Carl Sagan, de 1995.

  • quand les États-Unis sont une économie de services et de l'information
  • alors que presque toutes les industries manufacturières clés se sont glissées dans d'autres pays
  • quand des pouvoirs technologiques impressionnants sont entre les mains d'un très petit nombre, et que personne ne représentant l'intérêt public ne peut même saisir les problèmes
  • lorsque les gens ont perdu la capacité de définir leurs propres programmes ou de remettre en question en connaissance de cause ceux qui détiennent l'autorité
  • quand, serrant nos cristaux et consultant nerveusement nos horoscopes, nos facultés critiques en déclin, incapables de distinguer ce qui fait du bien et ce qui est vrai, nous glissons, presque sans nous en rendre compte, dans la superstition et les ténèbres.

Le dernier, en particulier, pourrait servir de description de l'âge de Trump, QAnon, The Big Lie., Vaccine Denial et Climate Change Denial.

(Il est juste de souligner que ce n'est pas seulement un phénomène américain, mais c'est particulièrement tragique dans un pays qui est toujours un leader mondial dans les efforts politiques et scientifiques).


La première année de la présidence Biden

Ça fait trois, où sont les 12 autres. .
La plupart des cas dans le monde. Rien de mal avec cette déclaration.

Vous n'êtes rien d'autre qu'un apologiste de la merde. Montre simplement à quel point les États-Unis sont tombés en tant que société civile.
De nombreuses infections de l'UE sont venues directement des États-Unis et de la mauvaise gestion criminelle de la pandémie.

Pablabel12

Membre connu

Pablabel12

Membre connu

Je suis sûr que c'est ainsi que vous réagissez lorsque vous voyez à quel point Biden est populaire en tant que POTUS.

Les droitiers font rage contre le sondeur préféré de Trump après avoir montré que l'approbation de Biden a atteint un niveau record

www.rawstory.com

Kevin Parlon

Membre connu

Pablabel12

Membre connu

Pablabel12

Membre connu

La réalité aux États-Unis où 53% des Réthugliens pensent que l'étron est toujours POTUS. À quel point faut-il être fou pour être Réthuglien ces jours-ci.
Ce serait drôle si ce n'était pas si grave. Il n'y a qu'une seule chose que vous pourriez appeler cette fête et c'est un culte du désir de mort.

53 % des républicains considèrent Trump comme le vrai président des États-Unis – sondage Reuters/Ipsos

O'Sullivan Bere

Comment le président Joe Biden donne de l'espoir à des millions de personnes qui bégaient

www.lignesante.com

Sam Newman a critiqué un tweet "vil" à propos de Joe Biden

www.foxsports.com.au

Kevin Parlon

Membre connu

Comment le président Joe Biden donne de l'espoir à des millions de personnes qui bégaient

www.lignesante.com

Sam Newman a critiqué un tweet "vil" à propos de Joe Biden

www.foxsports.com.au

Oui, j'en suis conscient. Ce n'était pourtant pas un bégaiement. C'était décousus. Il ne se débattait pas pour un mot, mais maintenait un train de pensées. Comparer. Je ne prends pas un coup bon marché ici. L'homme est confus. Le déclin mental n'est pas quelque chose normalement dans le domaine de la critique. Mais quand c'est le commandant en chef, ça l'est.

O'Sullivan Bere

O'Sullivan Bere

Oui, j'en suis conscient. Ce n'était pourtant pas un bégaiement. C'était décousus. Il ne se débattait pas pour un mot, mais maintenait un train de pensées. Comparer. Je ne prends pas un coup bon marché ici. L'homme est confus. Le déclin mental n'est pas quelque chose normalement dans le domaine de la critique. Mais quand c'est le commandant en chef, ça l'est.

Sidewinder

Membre connu

Nous savons tous que les gens de droite ont perdu la raison et sont descendus dans un univers parallèle de conspiration batshit, de griefs imaginaires et de trou du cul en général, donc je ne vois plus l'intérêt de s'engager dans leur connerie de trolling.

À quand remonte la dernière fois que vous avez vu un ailier droit poster quelque chose, même à distance ?

Dites-leur simplement à STFU jusqu'à ce qu'ils aient envie de s'engager dans le monde réel tel qu'il est, puis ignorez leur charabia. Laissez-les hurler dans le coin ignoré et méprisé. S'engager ne fait qu'encourager les fous. Surtout les vrais fash comme Kevin Mitty là-bas.

Kevin Parlon

Membre connu

Nous savons tous que les gens de droite ont perdu la raison et sont descendus dans un univers parallèle de conspiration batshit, de griefs imaginaires et de trou du cul en général, donc je ne vois plus l'intérêt de s'engager dans leur connerie de trolling.

À quand remonte la dernière fois que vous avez vu un ailier droit poster quelque chose, même à distance ?

Dites-leur simplement à STFU jusqu'à ce qu'ils aient envie de s'engager dans le monde réel tel qu'il est réellement, puis ignorez leur charabia. Laissez-les hurler dans le coin ignoré et méprisé. S'engager ne fait qu'encourager les fous. Surtout les vrais fash comme Kevin Mitty là-bas.

Kevin Parlon

Membre connu

O'Sullivan Bere

Manchin fait ce qui est dans le meilleur intérêt de Manchin, et en occupant ce siège d'État profondément rouge, ce qui est également dans le meilleur intérêt des démocrates.

Après ce que le GOP a tiré avec Garland puis Coney Barrett, ils n'ont aucune crédibilité pour se plaindre du fait que le tribunal a emballé le SCOTUS. Il n'y a aucune exigence constitutionnelle que le SCOTUS contienne 9 juristes, il n'y a donc pas de « vandalisme constitutionnel » à revendiquer en élargissant le nombre de ses membres. Si quoi que ce soit, le vandalisme constitutionnel était le refus de faire voter Garland avec près d'un an du mandat d'Obama. En ce qui concerne les deux juristes, des abus de mauvaise foi de la «clause de conseil et de consentement» et des violations de traditions claires ont été commis, et même violés par la «nouvelle norme» de McConnell dans la façon dont il a traité Coney Barrett par opposition à Garland.

Il n'y a pas de droit constitutionnel à l'obstruction systématique, donc pas de « vandalisme constitutionnel » en cause. L'obstruction systématique n'a même pas été utilisée avant les années 1830, et seulement avec parcimonie jusqu'à l'ère des droits civiques des années 60 où elle était principalement utilisée par les ségrégationnistes du Sud. Ils ont également dû les exécuter jusqu'à l'épuisement verbal, et non avec l'« obstruction silencieuse » qui peut étouffer indéfiniment la législation.

Étant donné que le Collège électoral n'est pas utilisé comme prévu à l'origine, le gerrymandering et les efforts de suppression des électeurs qui mettent les dés pour le GOP, le GOP n'a aucune crédibilité pour se plaindre de l'augmentation de la démocratie en admettant PR et DC en tant qu'États. Le GOP ne se contente pas de s'arrêter là, par exemple,

Cinq comtés de l'est de l'Oregon soutiennent un plan de sécession et de rejoindre l'Idaho

Il est aussi évidemment constitutionnel de les admettre en tant qu'États, donc encore une fois, il n'y a pas de « vandalisme ».

PR et DC n'ont pas de représentation autorisée et votante au Congrès, et PR ne peut pas voter pour POTUS. Ce sont des raisons légitimes et sérieuses non partisanes de les admettre en tant qu'États lors de leur demande, quelles que soient les raisons partisanes. Des millions de citoyens américains sont privés du droit de vote, et la plaque d'immatriculation du véhicule de DC le dit bien :


Les 17 changements immédiats que Joe Biden a apportés le premier jour en tant que président américain

Le président Joe Biden agit rapidement pour démanteler l'héritage de Donald Trump lors de son premier jour de mandat.

En quelques heures, il a signé une série de mesures exécutives qui inversent le cours de l'immigration, du changement climatique, de l'équité raciale et de la gestion de la pandémie de coronavirus.

D'un trait de plume, le président Biden a ordonné l'arrêt de la construction du mur frontalier américano-mexicain de Trump et a mis fin à l'interdiction de voyager en provenance de certains pays à majorité musulmane.

Seuls deux présidents récents ont signé des actions exécutives le premier jour de leur mandat - et chacun n'en a signé qu'une.

Mais Biden, confronté à une pandémie, à une économie endommagée et à un électorat déchiré, a l'intention de montrer un sentiment d'urgence et de compétence qui, selon lui, ont fait défaut sous son prédécesseur républicain.

"Il n'y a pas de temps pour commencer comme aujourd'hui", a déclaré Biden dans ses premiers commentaires aux journalistes en tant que président.

Voici exactement comment cela a commencé.

Biden exige l'utilisation de masques et la distanciation sociale dans tous les bâtiments fédéraux, sur les terres fédérales et par les employés et entrepreneurs fédéraux.

Il défie tous les Américains de porter un masque pendant les 100 premiers jours de son administration.

C'est une période critique, car les communautés seront toujours vulnérables au virus même si le rythme de la vaccination augmente dans la poursuite de l'objectif de Biden de 100 millions de coups de feu en 100 jours.

Organisation mondiale de la santé

Biden ordonne également au gouvernement de rejoindre l'Organisation mondiale de la santé (OMS), dont Donald Trump s'est retiré plus tôt cette année après l'avoir accusé d'incompétence et avoir cédé aux pressions chinoises sur le coronavirus.

Symbolisant l'engagement de Biden à jouer un rôle mondial plus important, le coordinateur du coronavirus de la Maison Blanche, Jeff Zients, a annoncé que le Dr Anthony Fauci prononcerait un discours jeudi devant l'OMS en tant que chef d'une délégation américaine.

Joe Biden se met au travail et signe des décrets jeudi

Coordinateur de la réponse Covid

Un coordinateur de réponse aux coronavirus nouvellement installé supervisera les efforts de la Maison Blanche pour distribuer des vaccins et des fournitures médicales et rendra compte directement au président.

Accord de Paris sur le climat

Les États-Unis rejoindront l'accord de Paris sur le climat, remplissant ainsi l'engagement de campagne de réintégrer le pacte mondial sur le climat dès le premier jour.

Trump, un partisan du pétrole, du gaz et du charbon, s'était donné comme première priorité de se retirer des efforts mondiaux visant à réduire les émissions de combustibles fossiles nuisibles au climat.

Il faudra 30 jours pour que les États-Unis soient officiellement de retour.

Annuler le pipeline Keystone XL

Biden s'apprête à révoquer un permis présidentiel pour le pipeline de pétrole et de gaz Keystone XL qui relierait l'Alberta, au Canada, au Nebraska, et examine le gel de l'administration Trump sur le kilométrage des véhicules et les normes d'émissions.

Il annule des dizaines d'actions de Trump sur l'environnement.

Mettre fin à l'interdiction des musulmans

Biden met fin à ce que l'on appelle diversement « l'interdiction de voyager » ou « l'interdiction des musulmans », l'un des premiers actes de l'administration Trump.

Trump a interdit en janvier 2017 aux ressortissants étrangers de sept pays majoritairement musulmans d'entrer dans le pays.

La nouvelle administration affirme qu'elle améliorera le filtrage des visiteurs en renforçant le partage d'informations avec les gouvernements étrangers et d'autres mesures.

Mur de frontière

Le nouveau président met immédiatement fin à l'urgence nationale que Trump a déclarée à la frontière en février 2018 pour détourner des milliards de dollars du ministère de la Défense vers la construction de murs.

Malgré les promesses répétées de Trump que le Mexique paierait pour le mur, US Customs and Border Protection affirme que les Américains ont engagé 15 milliards de dollars pour plus de 700 miles (1 120 kilomètres).

Regarder ITV News ITV News Correspondant international principal John Irvine rapport du mur en octobre de l'année dernière

On ne sait pas combien de miles sont sous contrat et quelles pénalités le gouvernement devrait payer pour les annuler.

Action Différée pour les Arrivées d'Enfances (DACA)

Biden ordonnera à son cabinet de travailler pour préserver le programme DACA, qui a protégé de l'expulsion des centaines de milliers de personnes arrivées dans le pays alors qu'elles étaient de jeunes enfants depuis son introduction en 2012.

Trump a ordonné la fin de la DACA en 2017, déclenchant une contestation judiciaire qui s'est terminée en juin lorsque la Cour suprême a statué qu'elle devait être maintenue parce que l'administration Trump n'a pas suivi les directives fédérales en matière d'élaboration de règles pour l'annuler. Mais la DACA est toujours confrontée à des défis juridiques.

Dans sa proclamation présidentielle, Biden appelle le Congrès à adopter une législation qui donne aux bénéficiaires du DACA un statut juridique permanent et un chemin vers la citoyenneté. Il y a actuellement environ 700 000 personnes inscrites.

Déportations

Biden révoque l'un des premiers décrets de Trump, qui déclarait que les quelque 11 millions de personnes illégalement présentes dans le pays étaient considérées comme prioritaires pour l'expulsion.

Le ministère de la Sécurité intérieure procédera à un examen des priorités d'application. Le site de campagne de Biden indique que les expulsions se concentreront sur les menaces à la sécurité nationale et à la sécurité publique.

Dans un autre renversement, Biden renverse un plan de Trump visant à exclure illégalement les personnes du pays du recensement de 2020.

Le recensement décennal est utilisé pour déterminer le nombre de sièges au Congrès et de votes au collège électoral que chaque État obtient, ainsi que la répartition de 1 500 milliards de dollars de dépenses fédérales chaque année.

Trump a perdu ! Et maintenant? Écoutez le dernier épisode de notre podcast sur les élections américaines ci-dessous et abonnez-vous sur Podcasts Apple ou Spotify

L'équipe de Biden a déclaré que la nouvelle administration veillerait à ce que le Census Bureau ait le temps d'effectuer un décompte précis pour chaque État et que la répartition soit "juste et précise".

Cartes vertes

Biden propose également une législation qui accorderait des cartes vertes et un chemin vers la citoyenneté à toute personne aux États-Unis avant le 1er janvier 2021 – environ 11 millions de personnes.

La plupart devraient attendre huit ans pour obtenir la citoyenneté, mais les personnes inscrites au programme d'action différée pour les arrivées d'enfants pour les jeunes immigrants et bénéficiant d'un statut de protection temporaire pour fuir des pays déchirés par les conflits n'attendraient que trois ans.

D'autres dispositions réduisent le temps que de nombreuses personnes doivent attendre en dehors des États-Unis pour obtenir des cartes vertes, fournissent une aide au développement à l'Amérique centrale et réduisent l'arriéré de 1,2 million de cas dans les tribunaux de l'immigration.

Dette étudiante

Biden demande au ministère de l'Éducation de prolonger une pause sur les paiements des prêts étudiants fédéraux jusqu'au 30 septembre au moins, poursuivant un moratoire qui a commencé au début de la pandémie mais devait expirer fin janvier.

Les emprunteurs, qui doivent collectivement 1 500 milliards de dollars, ne seraient pas tenus de rembourser leurs prêts étudiants fédéraux, leurs prêts ne généreraient aucun intérêt et toutes les activités de recouvrement de créances s'arrêteraient jusqu'en septembre.

Le Congrès a suspendu les paiements de la dette étudiante en mars dernier dans le cadre d'un programme de lutte contre les virus, et l'administration Trump l'a prolongé à deux reprises.

Les saisies immobilières

Les saisies de logements et les expulsions seraient retardées au moins jusqu'au 31 mars 2021.

Selon une enquête du Census Bureau auprès des ménages, près de 12% des propriétaires avec des hypothèques sont en retard sur leurs paiements, tandis que 19% des locataires sont en retard.

Les moratoires fédéraux garantiraient que les gens pourraient rester chez eux même s'ils n'ont pas les moyens de payer leurs factures mensuelles. Biden appelle également le Congrès à étendre son assistance aux locataires.

Commission de 1776

Le président a dissous la Commission 1776 très critiquée de Donald Trump.

Trump a créé le groupe en septembre pour rallier le soutien des électeurs blancs et en réponse au projet du New York Times, qui met en évidence les conséquences durables de l'esclavage en Amérique.

La commission a glorifié les fondateurs du pays, minimise le rôle de l'Amérique dans l'esclavage, condamne la montée de la politique progressiste et soutient que le mouvement des droits civiques s'est heurté aux « nobles idéaux » défendus par les pères fondateurs.

Discrimination au travail

Biden a signé un décret sur la prévention et la lutte contre la discrimination fondée sur l'identité de genre ou l'orientation sexuelle. Éthique

Cette ordonnance vise à rétablir les normes éthiques de la Maison Blanche qui ont été diminuées ou ignorées par l'administration Trump.

Le président Donald Trump a fait campagne pour drainer le « marais » d'influences enracinées à Washington. Pourtant, dans la pratique, l'administration Trump a affaibli les règles d'éthique et n'a pas appliqué celles qu'il a adoptées, selon les groupes de surveillance du gouvernement.

Les nouvelles règles d'éthique, qui ont été décrites par un responsable de la transition de Biden, visent la "porte tournante".

En vertu de l'ordonnance, il sera interdit aux fonctionnaires qui quittent l'administration de faire du lobbying auprès de la Maison Blanche pendant la durée du mandat de Biden.

Ceux qui partent vers la fin du mandat de Biden se verront interdire de faire du lobbying auprès de la Maison Blanche pendant au moins deux ans.

Bureau de la gestion et du budget (OMB)

L'OMB produit le budget du président. L'ordonnance de Biden ordonne au bureau de moderniser l'examen réglementaire et annule les processus de Trump.


***Mises à jour en direct*** Joe Biden prononce son premier discours à la session conjointe du Congrès

165 Jim Watson - PISCINE/Getty Images

Le président Joe Biden prononcera son premier discours avant une session conjointe du Congrès mercredi soir, où il demandera aux législateurs un montant supplémentaire de 1,8 billion de dollars pour ses enfants et les soins et l'éducation de sa famille.

Biden utilisera son discours aux heures de grande écoute pour présenter sa facture d'infrastructure de 2,3 billions de dollars, qui serait payée avec des impôts plus élevés sur les sociétés. Le président vantera également l'action de son administration pour lutter contre la pandémie de coronavirus. La chambre de la Maison ne sera pas remplie à sa capacité habituelle en raison des protocoles liés au coronavirus.

** Suivez tous les événements sur le Breitbart News Live Wire ci-dessous. Toutes les heures dans l'est.**

22h43 - Scott reçoit des éloges pour son discours :

Le sénateur Tim Scott a été conférencier au Sommet conservateur de l'Ouest. C'est un grand leader et il a fait un travail fantastique ce soir ! pic.twitter.com/l30DbnX5qs

&mdash Jeff Hunt (@jeffhunt) 29 avril 2021

Meilleure réponse à un discours présidentiel JAMAIS!#TimScott

& mdash Dave Carney (@granitewinger) 29 avril 2021

Tim Scott l'a absolument écrasé.

&mdash Parker Hamilton Poling (@parkerpoling) 29 avril 2021

Tim Scott a fait de son mieux sur la réponse de tous ceux dont je me souviens.

&mdash Rory Cooper (@rorycooper) 29 avril 2021

Je ne me souviens pas du dernier espoir présidentiel du GOP qui a amélioré sa réputation en livrant la réponse de la SOTU. Mais Tim Scott vient de faire exactement cela.

&mdash Matthew Continetti (@continetti) 29 avril 2021

J'aime Tim Scott. Il s'améliore au fur et à mesure !

&mdash Mark Walker (@RepMarkWalker) 29 avril 2021

Tim Scott le tue ce soir.

&mdash Scott Whitlock (@ScottJW) 29 avril 2021

Nous regardons un billet Ron DeSantis/Tim Scott 2024 se former sous nos yeux.

&mdash Eddie Scarry (@eScarry) 29 avril 2021

22h39 -“Le coronavirus est en fuite. Grâce à l'opération Warp Speed ​​et à l'administration Trump, notre pays est inondé de vaccins sûrs et efficaces », a déclaré Scott.

22h38 -

Le sénateur Tim Scott : « Aux mères célibataires, qui travaillent d'arrache-pied, travaillent dur, essaient de joindre les deux bouts, se demandant si cela en vaut la peine : vous pouvez parier que c'est le cas. Que Dieu bénisse vos efforts incroyables de la part de vos enfants. »https://t.co/ryNNtlfEyg pic.twitter.com/wKZ97H4p6A

&mdash cette semaine (@ThisWeekABC) 29 avril 2021

22h37 - Scott poursuit sa défense de la loi sur l'intégrité des électeurs de la Géorgie, dit que Biden prétend absurdement que [la loi de la Géorgie] est pire que Jim Crow.

Tim Scott : "Il sera plus facile de voter en Géorgie qu'à New York dirigé par les démocrates."

&mdash John McCormack (@McCormackJohn) 29 avril 2021

"L'Amérique n'est pas un pays raciste" - Sénateur Tim Scott

&mdash Rebeccah Heinrichs (@RLHeinrichs) 29 avril 2021

"Je suis appelé Oncle Tom et le mot N par les progressistes", a déclaré Tim Scott. De Dems bloquant son projet de loi sur la police l'année dernière: "Mes amis d'en face semblaient vouloir un problème."

&mdash Manu Raju (@mkraju) 29 avril 2021

Le sénateur Tim Scott, qui donne la réponse républicaine, a déclaré: "Je suis attristé que des millions d'enfants aient perdu une année d'apprentissage, alors qu'ils ne pouvaient pas se permettre de perdre un seul jour. Enfermer les enfants vulnérables hors de la salle de classe, c'est exclure les adultes de leur avenir.»

&mdash Bianca Quilantan (@biancaquilan) 29 avril 2021

"Notre nation est affamée de plus que des platitudes vides. Nous avons besoin de politiques et de progrès qui nous rapprochent.»

Le sénateur Tim Scott a déclaré que trois mois après le début de la présidence de Biden, "les actions du président et de son parti nous séparent de plus en plus." pic.twitter.com/CIOV8Z1ULP

&mdash Mediaite (@Mediaite) 29 avril 2021

22h14 - Le sénateur Tim Scott (R-SC) livrera bientôt la réfutation républicaine à l'adresse de Biden.

22h14 -

Gros gaggle avec Biden après le discours de Dems (pas du tout distancié socialement). La plupart des républicains ont quitté la chambre juste à la fin.

&mdash Leo Shane III (@LeoShane) 29 avril 2021

22h13 - Biden conclut ses remarques:

"Il n'y a rien au-delà de nos capacités, rien que nous ne puissions faire, si nous le faisons ensemble. Que Dieu vous bénisse tous et que Dieu protège nos troupes. » Termine Biden. Et c'est une conclusion sur le Pas-Un-État-de-l'Union. pic.twitter.com/ONbYxBqUtk

&mdash Edward Keenan (@thekeenanwire) 29 avril 2021

22h09 - Les républicains déchirent Biden sur sa politique d'immigration :

Les politiques d'ouverture des frontières et les promesses d'amnistie du président Biden ont fait monter en flèche l'immigration illégale. Des centaines de milliers de personnes traversent la frontière sans conséquences, et la situation ne fait qu'empirer. C'est une crise de sa propre initiative.

& mdash Tom Cotton (@SenTomCotton) 29 avril 2021

Voici ce que Biden a oublié de mentionner. Le premier jour, il :

❌ construction du mur de frontière arrêtée
a révoqué la déclaration d'urgence nationale
a mis fin à la politique de maintien au Mexique
❌ est revenu à la politique ratée de l'ère Obama de « catch and release »

Résultat final ? #BidenCriseFrontière

& mdash Représentant Kevin Brady (@RepKevinBrady) 29 avril 2021

22h05 - Biden, qui fait face à une crise croissante à la frontière américano-mexicaine, appelle à une réforme de l'immigration : « Depuis plus de 30 ans, les politiciens ont parlé de réforme de l'immigration et nous n'avons rien fait à ce sujet. Il est temps d'y remédier. Il appelle ensuite le Congrès à adopter une réforme permettant aux DREAMers de rester dans le pays.

22h02 - Biden déclare que les États-Unis doivent à nouveau interdire les armes d'assaut et les magazines de grande capacité. “Ne me dis pas que c'est impossible. Nous l'avons déjà fait et cela a fonctionné », dit-il.

22h01 - L'ancien secrétaire d'État Mike Pompeo fustige le discours de Biden :

Jusqu'à présent, le président Biden a défini avec succès un programme socialiste radical pour les 4 prochaines années. Cela devrait troubler tous les Américains épris de liberté.

&mdash Mike Pompeo (@mikepompeo) 29 avril 2021

21h59 -

Président Biden : "À tous les Américains transgenres qui regardent à la maison - en particulier les jeunes qui sont si courageux - je veux que vous sachiez que votre président vous soutient."

& mdash Jeff Zeleny (@jeffzeleny) 29 avril 2021

21h56 - Biden a déclaré: "La grande majorité des hommes et des femmes qui portent notre uniforme et notre badge le font honorablement", avant de demander instamment que la réforme de la police soit adoptée au Congrès en l'honneur de George Floyd.

21h55 -

Biden : "Nous n'ignorerons pas ce que nos propres agences de renseignement ont déterminé - la menace terroriste la plus meurtrière pour la patrie aujourd'hui vient du terrorisme de la suprématie blanche."

&mdash John McCormack (@McCormackJohn) 29 avril 2021

21h54 -

BIDEN: "J'ai très clairement indiqué à Poutine que nous n'allions pas demander l'escalade" excusez-moi "l'escalade" 8212 pic.twitter.com/C0sZZ1yH3o

&mdash Daily Caller (@DailyCaller) 29 avril 2021

21h52 -

Biden n'a pas mentionné Taïwan dans la section des discussions difficiles sur la Chine.

&mdash Eli Lake (@EliLake) 29 avril 2021

21h51 -

Biden dit qu'il a dit au président XI que les États-Unis maintiendraient des militaires dans le Pacifique Sud pour empêcher tout conflit et toute guerre.

&mdash Herb Scribner (@HerbScribner) 29 avril 2021

21h50 -

Biden n'a toujours pas mentionné la crise qu'il a créée à notre frontière sud.

&mdash Représentante Lauren Boebert (@RepBoebert) 29 avril 2021

21h47 - "Nous deviendrons un arsenal de vaccins pour d'autres pays", a déclaré Biden, avant de s'engager à ce que les États-Unis joueront un rôle de premier plan dans la vaccination des personnes dans d'autres pays.

21h45 -

MOMENT VIRAL: La sonnerie retentit lors du discours du président Biden à la #session conjointe du Congrès. pic.twitter.com/3go2Uvgque

&mdash Forbes (@Forbes) 29 avril 2021

21h40 - Biden dit: “Parfois, j'ai des disputes avec mes amis du Parti démocrate. Je pense que vous devriez pouvoir devenir milliardaire ou millionnaire mais payer votre juste part.

“Je n'imposerai aucune augmentation d'impôt aux personnes gagnant moins de 400 000 $. Mais il est temps pour les entreprises américaines et les 1% d'Américains les plus riches de commencer à payer leur juste part. Juste leur juste part », ajoute-t-il.

21h38 - Fil utile de l'ancien responsable de la Maison Blanche de Trump, Stephen Miller, sur la façon dont Trump a obtenu plusieurs vaccins contre le coronavirus :

Il est profondément fallacieux pour Biden, comme il le fait maintenant dans son discours, de continuer à s'attribuer le mérite du vaccin – la raison pour laquelle tant de personnes ont été vaccinées si rapidement est à cause des chaînes d'approvisionnement, de la fabrication de pointe et de la logistique établies par Trump.

& mdash Stephen Miller (@StephenM) 29 avril 2021

La politique de Trump était « Achetez américain, embauchez américain ». Biden a ostensiblement supprimé « Hire American » – parce qu'il offre à la fois des emplois de cols bleus et de cols blancs aux travailleurs des visas à bas salaire.

& mdash Stephen Miller (@StephenM) 29 avril 2021

21h36 - Biden propose plus de dépenses : « Le plan américain pour les familles offrira enfin jusqu'à 12 semaines de congé familial et médical payé. » Personne ne devrait avoir à choisir entre un emploi et un chèque de paie ou prendre soin d'eux-mêmes et d'un être cher - ou un parent, conjoint ou enfant.”

Biden dit que @FLOTUS sera "profondément impliqué" dans la direction des efforts de son plan américain pour les familles visant à offrir 2 années gratuites d'enseignement préscolaire à tous les enfants de 3 et 4 ans, et 2 années gratuites de collège communautaire après avoir terminé leurs études secondaires.

&mdash darlene superville (@dsupervilleap) 29 avril 2021

21h33 - Biden dit du dictateur chinois Xi Jinping : « Lui et d'autres autocrates pensent que les démocraties ne peuvent pas rivaliser au 21e siècle avec les autocraties. » Ensuite, dit que sa mise en œuvre de ses plans de dépenses est la façon dont les États-Unis combattront la montée de Pékin.

21H30. - Biden appelle à une augmentation du financement fédéral pour vaincre le cancer. «Je ne connais rien de plus bipartite. Alors mettons un terme au cancer tel que nous le connaissons », dit-il.

Appelant à un financement fédéral accru pour la recherche et la lutte contre les maladies, @potus Biden déclare : « C'est personnel pour beaucoup d'entre nous. Je ne vois pas d'investissement plus valable. Et je ne connais rien de plus bipartite. Mettons fin au cancer tel que nous le connaissons. C'est en notre pouvoir. #JointSession

&mdash Ed O & 39Keefe (@edokeefe) 29 avril 2021

21h27 -Biden demande que le salaire minimum soit porté à 15 $. "Personne ne travaillant 40 heures par semaine ne devrait vivre en dessous du seuil de pauvreté", dit-il.

21h26 -“Wall Street n'a pas construit ce pays. La classe moyenne a construit ce pays. Et les syndicats construisent la classe moyenne », déclare Biden.

21h25 -

L'état réel de l'Union : Joe Biden a choisi Paris plutôt que Pittsburgh.

A rejoint l'Accord de Paris sur le climat.

Bloqué la construction du pipeline Keystone XL, éliminant 11 000 emplois.

Blocage de nouveaux baux pétroliers et gaziers et permis de forage. pic.twitter.com/1InphRUtE5

& mdash sénateur Ted Cruz (@SenTedCruz) 29 avril 2021

21h20 - Biden déclare à propos de son projet de loi sur les «infrastructures» : « Il n'y a aucune raison pour que les pales des éoliennes ne puissent pas être construites à Pittsburgh au lieu de Pékin. Aucune raison pour que les travailleurs américains ne puissent pas diriger le monde dans la production de véhicules électriques et de batteries. »

21h19 - Biden qualifie son package « d'infrastructure » ​​d'investissement « une fois dans une génération en Amérique ».

Prés. Biden : "Tout au long de notre histoire, les investissements publics dans les infrastructures ont littéralement transformé l'Amérique".

"Ce sont des investissements que nous avons réalisés ensemble en tant que pays unique - et des investissements que seul le gouvernement était en mesure de faire." https://t.co/C9Fo91RNwe pic.twitter.com/3nOLvwdaIh

&mdash ABC News (@ABC) 29 avril 2021

21h18 - Sen. Ted Cruz (R-TX) accuses Biden of “ systemically embrac[ing]” China during the president’s speech.

And Biden’s UN Ambassador Linda Thomas-Greenfield delivered remarks at a Chinese Communist Party-funded Confucius Institute and refused to call China’s slaughter of the Uyghurs a genocide.

&mdash Senator Ted Cruz (@SenTedCruz) April 29, 2021

9:17 P.M. - Biden claims his administration is on track to reduce child poverty by half, but does not elaborate how.

President Biden says his administration is on track to cut child poverty in half. #JointAddress

&mdash Ryan Houston WPXI (@WPXIRyanHouston) April 29, 2021

9:16 P.M. -

No official "designated survivor" for President Biden's address tonight, because reduced capacity means most Cabinet members not in attendance. But if there was an attack and all those in the Capitol perished, Treasury Secretary Janet Yellen would become president.

&mdash Emily Brooks (@emilyelarsen) April 29, 2021

9:15 P.M. - “There’s still more work to do to beat this virus. We can’t let our guard down,” Biden says. “But tonight, I can say, because of you, the American people, our progress these past 100 days in one of the worst pandemics in history has been one of the greatest logistical achievements in history.”

President Biden: "There's still more work to do to beat this virus…but tonight I can say because of you – the American people – our progress has been one of the greatest logistical achievements this country has ever seen.” #JointAddress
LIVE UPDATES: https://t.co/fWE9llcFqX pic.twitter.com/FuU8j5Qdqg

&mdash Good Morning America (@GMA) April 29, 2021

9:13 P.M. -

9:10 P.M. - Biden, who often touts the importance of unity, takes veiled shot at former President Donald Trump, saying: “America is rising anew. Choisir l'espoir plutôt que la peur. La vérité sur les mensonges. Lumière sur les ténèbres. After 100 days of rescue and renewal, America is ready for takeoff in my view.”

9:09 P.M. -

And there is the Biden line that will be played countless times: “Now, after just 100 days, I can report to the nation: America is on the move again.” #JointAddress

&mdash Dan Merica (@merica) April 29, 2021

9:08 P.M. -

Biden: “Madame Vice President…Nobody has ever said those words from this podium.” pic.twitter.com/QLqLTdSAZl

&mdash lisa mirando (@LisaMirandoCNN) April 29, 2021

9:06 P.M. - Biden has entered the chamber and is first bumping lawmakers, including Sen. Bernie Sanders (I-VT).

WATCH: Pres. Biden enters into the chamber ahead of the #JointSession of Congress.

He is announced by the newly sworn-in house sergeant at arms, Major General William Walker, the first African American to serve in the role. pic.twitter.com/UikR9Wlqtl

&mdash Face The Nation (@FaceTheNation) April 29, 2021

8:59 P.M. -

Secretary of State Blinken and Secretary of Defense Austin are the only representatives of Biden's Cabinet in the House chamber tonight.

&mdash Olivier Knox (@OKnox) April 29, 2021


Inauguration Day 2021: Joe Biden is inaugurated, gives his first speech as the 46th U.S. president

Hours before Joseph R. Biden would be sworn in as America’s 46th president on Wednesday, thousands of flags swayed and fluttered in darkness on the National Mall. The flags dot the grounds in place of Americans who were unable to travel to Washington, D.C., for the inauguration due to the ongoing COVID-19 pandemic and increased security threats.

It was an unusual start to mark a momentous shift in American leadership.

Safety concerns have heightened in the days since pro-Trump rioters stormed the U.S. Capitol on Jan. 6 while lawmakers certified Biden's win in the November 2020 election. To boost security during the inauguration, 25,000 National Guard troops were deployed.

Follow PublicSource throughout this historic inauguration day for updates as we share here stories, perspectives and more from the local, state and national vantage points.

On Nov. 7, 2020, people celebrated and danced on the corner of Carson and 10th streets for the “Count On Us” rally and march. After days of delays and false claims about voter fraud, news organizations called the presidential race for Joe Biden. (Photo by Jay Manning/PublicSource)

Updates from D.C.

The 59th presidential inauguration opened with a brief speech by Sen. Amy Klobuchar who marked the day as a celebration: “We pledge today to never take our democracy for granted as we celebrate its remarkable strength. We celebrate its resilience, its grit,” she said.

The swearing-in ceremony is scheduled to begin at noon. The hours leading up were quieter than usual, without masses of crowds piling together to get peeks of the new president.

A few hours prior, President Donald Trump gave a brief speech at Joint Base Andrews before leaving on his final Air Force One flight as president to Mar-a-Lago, his Florida residence. In Trump’s remarks, he thanked his supporters and, while he didn’t mention President-elect Joe Biden and Vice President-elect Kamala Harris by name, he wished the new administration “great luck and great success."

“I think they’ll have great success,” he continued. “They have the foundation to do something really spectacular.”

He concluded his remarks saying, “Have a good life. We will see you soon.”

“Have a good life,” President Trump said to a small crowd of his supporters at Joint Base Andrews before boarding Air Force One for the final time, as “YMCA” by the Village People played over the speakers.

He vowed that “we will be back in some form.” https://t.co/afGfULL33l pic.twitter.com/NDx0lMO1D0

Related stories

PA won’t see full results on election night. Experts urge trust in the process anyway.

Pittsburgh City Council considers $10.9 million purchase of police body cameras, Tasers with scant information

With his left hand atop a 5-inch thick, 127-year-old brown leather-bound Bible and his right fingers pointed toward the sky, Joseph R. Biden became the 46th president of the United States on Wednesday, just minutes before noon.

And it's official. A few minutes ago Joseph R. Biden Jr. was officially sworn in as the 46th president of the United States. "This is America's day. This is democracy's day a day of history and hope, of renewal and resolve. " Biden begins his first remarks as president. pic.twitter.com/Llvd8T2WGc

&mdash PublicSource (@PublicSourcePA) January 20, 2021

In his first speech as president, he promised to be a president “for all Americans” and acknowledged the ongoing and layered challenges the country faces, from climate change to deep racial and political divisions following the Trump presidency.

“I know the forces that divide us are deep and they are real, but I also know that they are not new,” Biden said. “Through struggles, sacrifice and setbacks, our better angels have always prevailed. In each of these moments, enough of us have come together to carry all of us forward. And we can do that now. History, faith and reason show the way of unity. We can see each other, not as adversaries but as neighbors.”

Biden took a moment of silence during his speech, an acknowledgment of the 400,000 Americans who have died nearly one full year into the pandemic.

At the close of Biden’s remarks, Singer Garth Brooks performed Amazing Grace, asking the crowd – both in D.C. and at home – to join in the stretch of chorus.

Local, state leaders weigh in

Though many couldn’t travel and attend the inauguration in person, local politicians have congregated on social media to congratulate and comment on Biden, Harris and Wednesday’s events.

Pittsburgh City Councilman Corey O'Connor of District 5 congratulated the new president and vice president in a tweet.

Congratulations to President Biden and Vice President Harris.

&mdash Corey O'Connor (@CoreyOConnorPGH) January 20, 2021

City Councilman R. Daniel Lavelle of District 6 went a bit further to say, “We just watched the transition from indecency to decency.”

Mayor Bill Peduto shared a photo of himself with Biden, both dressed in the aviator sunglasses Biden often wears:

State Rep. Ed Gainey, who announced Tuesday he will challenge Peduto to become mayor of Pittsburgh, wrote, “Let this be the day we celebrate each other in the name of Unity.” He continued, “This country is definitely in need of it.”

Gov. Tom Wolf said a “scrappy kid from Scranton” was set to become president:

Today a scrappy kid from Scranton will become the 46th president of the United States.

Congrats @PresElectBiden. Looking forward to getting to work rebuilding our economy, fighting the spread of COVID-19, and realizing the vision of a better future for everyone. #InaugurationDay pic.twitter.com/bb8DRJm0JV

&mdash Governor Tom Wolf (@GovernorTomWolf) January 20, 2021

The state’s Twitter account playfully congratulated Biden, a Scranton native, with a meme of “How it started” and “How it’s going,” with photos of him in Scranton as a child and in Washington, D.C., taking the presidential oath of office.

Pennsylvania Sen. Bob Casey gave a glimpse of his view of Biden’s inauguration speech.

Pennsylvania Sen. Pat Toomey wrote:

I urge the president to follow through on this commitment by working with members of Congress from both sides of the aisle to pursue policies that will lead to peace and prosperity for all Americans. I am praying for President Biden and his success in leading our country forward.

&mdash Senator Pat Toomey (@SenToomey) January 20, 2021

U.S. Rep. Conor Lamb thanked Biden “For all you've taught me. For keeping the faith & taking on this great challenge. For having the courage to lead us at this perilous time.”

As President @JoeBiden is sworn in, I just want to say thank you.

For all you've taught me. For keeping the faith & taking on this great challenge. For having the courage to lead us at this perilous time.

We're counting on you to succeed. And I'll do everything I can to help. pic.twitter.com/Gq7zePX1CA

&mdash Conor Lamb (@ConorLambPA) January 20, 2021

While she didn’t tweet on the morning of inauguration day, Dr. Rachel Levine, Pennsylvania's secretary of health released a statement Tuesday about her nomination to the Biden Administration to serve as Assistant Secretary of Health at the Department of Health and Human Services.

“I look forward to the opportunity to continue to serve Pennsylvanians, and all Americans,” she said.

Pennsylvania Health Secretary Dr. Rachel Levine. (Pennsylvania Department of Health)

Catch up on our Capitol insurrection and 2020 election coverage:

Hate groups helped storm the Capitol. These groups have been active in Pennsylvania. [Jan. 19, 2021]
The Capitol riot exposed U.S. extremism on a broad scale. Pittsburgh is no stranger to white supremacist activity. [Jan. 19, 2021]
As the country braces for unrest, here’s what you should know about staying safe in Pittsburgh [Jan. 16, 2021]
First-person essay: Capitol chaos underscores the importance of free press and hope amid insurrection [Jan. 7, 2021]
Election week was stressful in Pennsylvania. Will future elections look the same? [Nov. 25, 2020]
Single county, big impact: How Allegheny County delivered Pennsylvania to Biden [Nov. 12, 2020]
See the Scene: Pittsburgh erupts in celebrations over Biden-Harris victory [Nov. 7, 2020]
A historic election: PA seals Biden’s win for White House Harris makes history [Nov. 7, 2020]
Ever Trumpers? Some blue-collar towns in Allegheny County said yes to the Republican president, again [Nov. 6, 2020]

Stories like this one take time, expertise and resources to produce.

We’re proud to bring you the news that matters to the Pittsburgh region – to cast light on what’s really happening, beyond a flashy headline or a misleading pull quote. PublicSource puts the work in to tell stories fully, fairly and accurately, from considering the fault lines of the communities we’re covering to fact-checking everything that ends up in each story. We’re also proud to offer this content without a paywall we believe the information in our articles is for the public good, so it’s available to the public for free.

If one of our stories has made you think, brought light to something you’d wondered about, surprised you, made you want to share it with a friend or kept you informed about an important issue, will you consider supporting our work with a gift? We know that not everyone is able to support our work financially, but we count on those who can to ensure this kind of journalism remains available. Gifts of any size are welcome and truly appreciated. Please show your support today by clicking here.


7 things Joe Biden promised to do his first day in office

Biden’s immigration policies are ‘open-border strategies’: former acting CPB commissioner

Former Acting CPB Commissioner Mark Morgan argues ‘a crisis is coming’ if Biden enacts his immigration policies.

President-elect Joe Biden has peddled "day one" promises throughout his campaign, mostly focused on reversing the work of the Trump administration. Here’s what he said is on his agenda for Jan. 20, Inauguration Day:

1. Send a DACA bill to Congress

In June, the president-elect promised to send a bill to Congress to create a pathway to citizenship for not only the nation’s Dreamers, immigrants brought to the U.S. as children, but also the 11 million undocumented people currently living in the country. "It’s long overdue," Biden wrote on Twitter.

But in November he loosened that timeline, committing to forging a pathway to citizenship within the first 100 days of his administration.

"Some of it’s gonna depend on the kinda cooperation I can or cannot get from the United States Congress," Biden acknowledged.

On the campaign trail, Biden pledged to end the Migrant Protection Protocols (MPP) that keep migrants in Mexico as their hearings play out. Known as the "Remain-in-Mexico" policy, opponents have claimed it puts migrants in danger, but Trump officials said it has been key in ending "catch-and-release" by which migrants were released into the U.S. instead.

This week, Biden officials acknowledged that rolling back Trump’s immigration policies could take "some time," and to do so all at once would lead to a surge at the border.

Biden himself admitted that "it is going to take probably the next six months."

2. Reverse travel ban

Biden made a number of lofty promises over the summer, including to end Trump’s "vile"’ and "Islamophobic" travel restrictions on 13 majority-Muslim countries, often referred to as the "Muslim ban."

"Today, the House passed the #NoBanAct because no one should be discriminated against or singled out based on the faith they practice. I will end President Trump's Muslim Ban on day one and sign this bill into law," he wrote on Twitter.

The ban initially barred the entry of nationals from Iran, Iraq, Libya, Somalia, Sudan, Syria and Yemen.

Now in its third iteration, the ban affects travelers from Iran, Libya, North Korea, Somalia, Syria, Yemen, Eritrea, Kyrgystan, Myanmar and Nigeria. It bars select residents from Tanzania and Venezuela.

The administration said the ban affected countries that did not adequately share enough intelligence for the U.S. to properly vet its citizens.

"The Trump administration’s anti-Muslim bias hurts our economy, betrays our values, and can serve as a powerful terrorist recruiting tool," the Biden campaign website said. "Prohibiting Muslims from entering the country is morally wrong, and there is no intelligence or evidence that suggests it makes our nation more secure. It is yet another abuse of power by the Trump administration designed to target primarily Black and Brown immigrants. Biden will immediately rescind the ‘Muslim bans.’"

3. Rejoin Paris climate agreement

The president-elect has promised to use executive action to rejoin the Paris climate accords after Trump announced he would withdraw the nation in 2017. Withdrawing had been one of Trump’s campaign promises.

"So we're getting out," Trump said. "The Paris accord is very unfair at the highest level to the United States."

"The Paris accord will undermine our economy," he said, adding that it "puts us at a permanent disadvantage."

The Paris climate agreement is a pact among nearly 200 nations to voluntarily reduce greenhouse gas emissions in an effort to fight climate change. The U.S., the world’s second-largest emitter of carbon, would be required to reduce fossil fuel emissions nearly 30% by 2025.

The U.S. did not formally withdraw from the agreement until this year.

About 189 countries remain committed to the 2015 Paris accord, which aims to keep the increase in average temperatures worldwide "well below" 2 degrees Celsius.

Some opponents of the agreement have noted that countries such as Russia and China were not affected as significantly by the accord as the United States and pointed out the unencouraging results of the Kyoto protocol, raising questions about whether the Paris agreement would reduce global greenhouse gas emissions at all.

"Under a Biden-Harris administration, we will rejoin the Paris agreement on day one and lead the world in the fight against climate change," Biden wrote on Twitter.

Biden already has chosen two climate "czars" in addition to an EPA chief – John Kerry, who will lead the nation’s international efforts on climate, and Gina McCarthy, who will be dedicated to U.S. domestic climate policy.

4. Executive order on masks

"On day one, I’ll sign an executive order to require masks everywhere I can," Biden wrote on Twitter earlier this month.

Biden, acknowledging he didn’t have the authority to require masks in most situations, promised to do so in federal buildings, interstate travel such as planes, trains and buses, and to work with governors and mayors on their own mask mandates.

Most states throughout the country already have some form of a mask mandate to curb the spread of coronavirus.

5. Reverse Trump asylum limitations

Responding to a report that Trump had ended the Flores Agreement, Biden promised on day one to "eliminate President Trump’s decision to limit asylum and undo his executive orders that eliminated Obama-Biden enforcement priorities on national security and public safety."

"It is cruel and abhorrent to strip migrant children of the few protections they have. It's not enough this administration puts children in cages without soap and beds, now it wants to keep them there indefinitely. This isn't who we are," Biden wrote on Twitter.

The courts took care of Biden’s promise on the Flores Agreement, or a policy only allowing migrant children to be detained for 20 days. The Trump administration had sought to keep them with their families but detain them indefinitely. A judge rejected the effort in September 2019.

In July, an appeals court shot down Trump’s "asylum ban," a rule that would require migrants who travel through other countries to seek asylum there first.

6. Move to raise taxes on wealthy

In October 2019, Biden promised to "move to" eliminating the Trump tax cuts. "On day one, Joe Biden will move to: eliminate the Trump tax cut for the super-wealthy, eliminate the unjustified loopholes in our tax code and use that money to invest in America’s future."

Biden has repeatedly promised that he "will not increase taxes on anyone making less than $400,000" annually.

The Democratic plan is to bring the tax rate from 37% to a pre-Trump rate of 39.6% for those at the top of the individual federal income tax brackets. Corporate tax rates would jump as well, from 21% to 28%, and people earning more than $400,000 annually will, as promised, have to pay additional payroll taxes.

7. Sign executive orders regulating oil and gas

Biden’s campaign website promises that the president-elect on day on will "sign a series of new executive orders with unprecedented reach that go well beyond the Obama-Biden administration."

These orders will be aimed at requiring "aggressive" methane pollution limits for oil and gas sectors, adding rigorous fuel economy standards and re-implementing the Clean Air Act, conserving 30% of America’s lands and waters by 2030 and reinstituting protections on federal land and water.


Joe Biden is the New Jimmy Carter, But He’s Even Worse by Craig Shirley.

(Akiit.com) If there’s one guarantee in this life, aside from death and taxes, it’s that l'histoire really does have a fondness for repeating itself.

Empires rise and fall, leaders come and go, and every now and then a president wins election only to find himself in over his head with the burden of the Oval Office. It’s happened twice now in my lifetime, first with Jimmy Carter and now with Joseph R. Biden.

There has been a lot of discussion recently comparing the failed presidency of Jimmy Carter with the failing presidency of Joe Biden, but I will clue you in on something. Joe Biden’s presidency is worse, and Biden is worse as a man and human being.

We’re five months into Biden’s presidency, and already he seems determined to outdo all four years of Carter’s incompetence by Christmas. Inflation is rising, the southern border practically doesn’t exist, the Middle East is in turmoil, and we recently experienced a gas shortage thanks to hackers easily breaching our digital infrastructure.

The setup to Biden’s presidency was much the same as Carter’s.

In 1976, Republicans were still dealing with the fallout of Richard Nixon. Watergate was still fresh in the minds of many Americans, and Gerald Ford, though a good man, was not the standard bearer the GOP needed. Carter seemed like a fresh, down-to-earth alternative, and consequently won the election that year.

Much in the same way, Biden was elected not necessarily on his merits as a leader but because Americans were looking for an escape from the shenanigans of Donald Trump.

Despite three years of relative economic stability, Trump’s constant need to pick fights on Twitter and the COVID pandemic in its early days wore out his welcome with moderate conservatives and independent voters. Thus, predictably, Biden won the contest with his offers of a return to “normalcy.”

In both cases however, it didn’t take long for many Americans to feel the buyer’s remorse that inevitably follows voting for the lesser of two evils.

For Carter, this came in the form of skyrocketing inflation and fuel shortages, the hostage crisis I n Iran, compounded by an inability to work with Congress and constantly butting heads with Tip O’Neill and the Left wing of the Democrats. Carter, simply put, did not get how to work with Congress when he arrived in Washington, having spent his entire career playing Georgia politics. Unfortunately, this contributed to his inability to pass legislation, even though at the time Democrats controlled the Senate.

Moreover, Carter’s inability to get his own messaging right added to his problems. The best episode of this is of course the notorious “Malaise” speech, where Carter essentially told Americans that their best days were behind them. This certainly didn’t inspire confidence when there was indeed a crisis of confidence on the home front, while abroad the Soviets and Iranians caused their fair share of mischief. It took the conservative presidency of Ronald Reagan to fix things.

During the 1980 campaign, an observer took note of the difference between the two men saying, “If you ask Jimmy Carter what time it is, he’d tell you how to build a watch but if you asked Ronald Reagan what time it is, he’d say it time to get this country moving again.” Reagan always knew where he was going and where he wanted to lead the nation,

Today, Biden only seems capable of being led by the hand by his staffers and signing whatever Nancy Pelosi and Chuck Schumer shove across his desk. When he does bother to make rare appearances, he seems to always pour gasoline on the proverbial fire.

Already, inflation is rising under Biden’s direction, and despite a jobs relief bill that spent trillions of dollars, less than 300,000 new jobs were created as a result. On top of that, Biden seems determined, come Hell or high water, to ignore the crisis on the southern border, so much so that he refuses to call the situation an actual crisis. Did I also mention he’s done little to nothing to help Israel while Hamas pounds it with rockets lately?

That’s all well and good (Biden is hardly the first president to bungle domestic and foreign policy) but Biden seems to genuinely care little for the country he was elected to govern.

Unlike Carter, who to his credit is a patriot, Biden has caved to the whims of the radical deconstructionists by ignoring the very real threats of Antifa and BLM. Biden has entertained the possibility of giving federal grants to schools that teach Critical Race Theory (CRT), which postulates that all White Americans are born evil and that all Black Americans are born victims. While on paper CRT is supposed to teach “diversity and inclusion,” in reality it’s undoing the sacrifices of the Civil Rights pioneers who wanted us to ne pas see color or race.

Jimmy Carter was a bad president but he wasn’t a bad man. Biden is a bad president and a bad man. Carter never at his worst ever contemplated the things Biden does willy nilly, such as revoking Donald Trump’s protection of American statues from the evil of BLM and Antifa.

It’s truly un-American. Say what you want about Jimmy Carter, but he was never un-American. Biden is a radical leftist, a tool of the forces who want to destroy our country.

Carter came to Washington with the best of intentions. He was going to clean up that God forsaken town, he was going to shrink government, he was going to cut taxes. He did none of those things, but at least he had the best of intentions as I have said.

Biden came to Washington promising the world to his Leftist base. Time will tell, but unless Republicans get their act together and take back Congress and the White House, then our country’s trials have only just begun.


21 states threaten legal challenge to Biden's $1.9tn Covid rescue plan

Passing the $1.9tn Covid relief bill through Congress has been an early legislative triumph for Joe Biden’s presidency, but it may not be the end of opposition to it. Tony Romm and Jeff Stein have reported overnight for the Washington Post on the Republican moves against it at state level:

The attorneys general take issue with a $350 billion pot of money set aside under the stimulus to help cash-strapped cities, counties and states pay for the costs of the pandemic. Congressional lawmakers opted to restrict states from tapping these federal dollars to finance local tax cuts.

Lawmakers included the provision to ensure Washington isn’t footing the bill on behalf of states that later take deliberate steps to reduce their revenue. But the guardrails frustrated many Republican leaders, who said in a letter to the Treasury Department that the law’s vague wording threatens to interfere with states in good financial standing that sought to provide “such tax relief with or without the prospect of COVID-19 relief funds.”

The attorneys general from Arizona, Georgia, West Virginia and 18 other states called on the Biden administration to make it clear that they can proceed with some of their plans to cut taxes, including those that predate the stimulus, in a seven-page missive sent to Treasury Secretary Janet Yellen. Otherwise, they said, the relief law “would represent the greatest invasion of state sovereignty by Congress in the history of our Republic” — and they threatened to take “appropriate additional action” in response. Some state officials are already discussing a possible lawsuit.

Good morning and welcome to our live coverage of US politics for Wednesday. Yesterday Joe Biden was out and about promoting his American Rescue Plan. Here’s a catch-up on where we are, and a little of what to expect from the diary today…


Voir la vidéo: Maximiser la présence de Dieu par la prière. Partie 2 Pasteur MOHAMMED SANOGO Equilibre 2021 (Janvier 2022).